« Il ne voit que d’un oeil et c’est malheureusement celui du gouvernement », a fustigé le leader de l’opposition, Arvin Boolell, contacté par lemauricien.com après avoir déposé, le mardi 23 juin, une motion de « no confidence » contre le Speaker de l’Assemblée nationale, Sooroojdev Phokeer.

Dans une lettre envoyée à l’Assemblée nationale ce mercredi, Arvin Boolell dit souhaiter que cette motion soit ajoutée à l’agenda et traitée en priorité.

Il a affirmé que cette motion de censure a été prise après une concertation et une décision à l’unanimité des membres de l’opposition.

« Les évènements nous donnent raison. Au-delà du burlesque du président de l’Assemblée nationale, il y a eu beaucoup des manquements. Le Speaker n’a pas su assumer ses responsabilités. Il doit être férocement indépendant. Il doit être un arbitre et non pas un joueur. Le parlement est souverain et il faut savoir le respecter. La séparation de pouvoir doit être de rigueur ».

Revenant sur les propos du ministre Hurreeram face au Whip de l’opposition, Shakeel Mohamed, le leader de l’opposition avance que le ministre a été « provoquant et indiscipliné », ajoutant que « présenter des excuses n’est pas la solution ».

Soulignons que les membres de l’opposition ne se sont pas mis debout aux arrivées et aux sorties du président de la chambre Sooroojdev Phookeer dans l’hémicycle hier soir.

« Cette décision a été prise avec raison parce qu’ils ne nous ont pas laissés faire notre travail lorsque les détails du budget ont été passés à la loupe. Ce fut un travail bâclé, d’une vitesse foudroyante. Et en moins de 40 minutes, les votes ont été approuvés par le parlement », a fait ressortir Arvin Boolell.