Commentant les risques d’inondations dans certains endroits du pays lors des grosses averses, malgré la construction des drains, le ministre des Infrastructures publiques, Bobby Hurreeram, soutient que « le risque zéro n’existe pas ».

Il ajoute : « Le gouvernement tente d’atténuer des risques avec certaines mesures, mais il faut que le public prenne ses responsabilités en évitant des constructions sur les cours d’eau pour ne pas mettre leur propre vie en danger. » C’était lors de la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) entre la Land Drainage Authority et la météo jeudi à Port-Louis.

Bobby Hurreeram explique qu’il y a 39 endroits identifiés dans l’île, comme étant à risque d’inondation lors des grosses averses. « Ce protocole d’accord entre la LDA et la météo ne peut être que bénéfique. La météo analysera des données sur la pluviométrie et l’information sera relayée à la LDA, qui identifiera alors les lieux où il y a des problèmes d’inondation et viendra de l’avant avec des Policies. Nous allons, par la suite construire, des drains basés sur ces recommandations pour évacuer ces eaux vers les rivières ou la mer ». Le ministre avance de même qu’avec le changement climatique, « nous voulons mettre toutes les chances de notre côté pour sauver des vies ».

De son côté, le ministre des Collectivités locales, Anwar Husnoo, a appelé à la responsabilité citoyenne. « La Local Authority nettoie les drains, mais il faut la collaboration du public. Par exemple, à Canal Anglais (Port-Louis), quelqu’un a placé un réservoir d’eau dans le canal. À Terre-Rouge, des constructions sont faites sur des berges de la rivière ». Le directeur de la météo, Premchand Goolaup, a lui avancé que « la météo apportera sa contribution en donnant des informations sur la quantité de pluie, la durée et les lieux touchés ». Il poursuit : « Grâce à cet accord, il y aura des échanges structurés entre la météo et la LDA. »