- Publicité -

MPC : le taux directeur passe à 3,35%

Le Monetary Policy Committee de la Banque de Maurice a approuvé à la majorité une baisse de 15 points de base du taux directeur, qui est passé de 3,5% à 3,35% par an, a annoncé le gouverneur de la Banque centrale, Yandraduth Googoolye. C’est la première fois depuis longtemps que le taux directeur accuse une baisse.

- Publicité -

Selon le gouverneur de la Banque centrale, le MPC a noté un affaiblissement de la situation au niveau international en raison des tensions croissantes entre la Chine et les Etats-Unis, les incertitudes associées au Brexit et les ten- sions géopolitiques. Les institutions multilatérales comme le FMI, la Banque mondiale, l’OCDE et les Nations Unies ont d’ailleurs revu à la baisse leurs prévisions de croissance pour 2019 et 2020. Yandraduth Googoolye observe que l’économie nationale a montré une certaine résilience à ce stade.

Le momentum de croissance reste positif et permet de soutenir une croissance de l’économie de 3,9% en 2019 et de 4% en 2020. « Toutefois, l’économie mauricienne est petite. Maurice doit consolider sa résilience afin d’être en mesure de soutenir une détérioration de l’environnement international », a-t-il soutenu.

Le MPC a constaté que cette pression a augmenté de- puis la dernière réunion. Le taux d’inflation à Maurice a continué de baisser pour passer de 1,2% à 0,9% en juillet. Sur la base de la tendance au niveau international, et s’il n’y a pas de choc majeur, l’inflation sera de l’ordre de 0,5% en 2019 et de 1,5% en 2020. Une majorité de membre du MPC considère que l’inflation offre la possibilité pour une réduction du taux directeur afin de prévenir les risques associés à l’affaiblissement de l’économie mondiale.

Le MPC souligne également les efforts consentis par les banques centrales « to ease monetary policy to support their economies ». Le MPC continue de suivre de près les prix et les conditions de croissance afin d’assurer que la politique monétaire se maintienne à un niveau susceptible de soutenir une “non- inflationary economic growth” à moyen terme.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour