Les travaux de la Court of Investigation pour faire la lumière sur le naufrage du MV Wakashio se sont poursuivis hier avec l’audition du capitaine Lars Tesmar, Special Casualty Representative. C’est le consultant marin qui avait dirigé l’opération de sauvetage du navire en collaboration avec le PSV Stanford Hawk. Il a concédé que l’opération de sauvetage n’a pas été un succès car le vraquier s’est brisé en deux. S’il a indiqué qu’il faudra mener une enquête pour déterminer les raisons, il a souligné que le navire avait craqué car « the limits had been exceeded ».

Le PSV Stanford Hawk et l’équipe de sauvetage, dirigée par le capitaine Lars Tesmar, étaient à Maurice depuis le 30 juillet 2020 pour la Salvage Operation, soit quelques jours après le naufrage. Après une première équipe composée du Salvage Master qui était déjà à bord, le consultant Lars Tesmar, et cinq autres experts avaient été héliportés à bord du vraquier panaméen le vendredi 31 juillet 2020. Il y était resté jusqu’au 7 août.
Lars Tesmar a indiqué que son rôle était d’assister l’opération de sauvetage, mais que ce n’était pas lui qui prenait les décisions. « As a Special Casualty Representative I have an eye on the spot. I report what I see and assist in technical details », dit le témoin. Il ajoute qu’il avait reçu une copie du rapport du Salvage Master par mail et avait fait parvenir ses commentaires par mail. Il n’avait pas signé le document qui lui avait été envoyé.

À une question du président de la Cour d’investigation, l’ex-juge Abdurafeek Hamuth, pour savoir s’il n’était pas d’accord sur certains points du rapport, le consultant devait répondre : « I agreed and commented in the mail itself. » Et d’ajouter : « I try to avoid differences as far as possible with the Salvage master. »

« You agree to what can be agreed upon », devait lancer l’ancien juge. Il a indiqué qu’il y avait eu des discussions par rapport à certains aspects du rapport, « mais qu’il n’y avait pas d’opinions divergentes ».

« No significance »

Lars Tesmar a indiqué qu’il n’y avait rien de pertinent dans le rapport du Salvage Master qui pourrait être d’intérêt à la cour d’investigation. Il est revenu sur ses observations depuis son arrivée à bord le 31 juillet jusqu’au jour où il a quitté le navire. « When I came on board, the team was busy with the investigation. I went to the bridge to take my own notes », a-t-il dit.
Le témoin n’a pas été en mesure de donner de détails sur les conditions du navire avant le naufrage ainsi que celles des Ballast Tanks. Il a souligné que le premier jour à bord, l’équipe de sauvetage avait déjà commencé à pomper l’eau de l’Engine Room et des parties basses du navire vers les sections en hauteur par mesure de précaution.
Il a déclaré qu’il n’avait vu aucun Loading Computer ni de Software à bord et ne pouvait se souvenir si les autorités locales étaient venues à bord ce jour-là. Il a expliqué que tous les jours, il faisait un compte rendu de l’état du navire et que le lundi 3 août, la situation était toujours sous contrôle.
Le 4 août, les conditions du navire ont commencé à détériorer avec l’eau pénétrant dans la salle des machines et d’autres compartiments alors que des fissures avaient été relevées sur les tanks de fioul. « The conditions of the casualty deteriorated. There was leakage and the cargo hold was leaking. The following day, the engine room was flooded. The emergency generator was heated and Salvage team informed Polyco to start adjusting booms », a-t-il fait comprendre.
Il a indiqué que le 7 août, il avait quitté le navire vers midi. Le 4 août, alors que des couvertures avaient déjà été placées sur les tanks, le capitaine a déclaré ne pas être au courant si l’équipe de sauvetage avait informé les autorités locales du danger d’Oil Spill.
Lars Tesmar a concédé que l’opération de sauvetage n’a pas été un succès car « the property was not saved ». S’il a indiqué qu’il faudra mener une enquête pour déterminer les raisons, il a souligné que le navire avait craqué car « the limits had been exceeded ».
Les auditions de la Court of Investigation reprendront le 24. Pour rappel, le navire Wakashio de l’Okiyo Maritime Corporation/Nagashiki Shipping Co.Ltd s’est échoué le 25 juillet 2020 sur les récifs de Pointe-d’Esny. Le navire -cargoavait quitté la Chine en direction du Brésil, avec pour dernière escale Singapour.