L’ex-ministre des Affaires étrangères, Nando Bodha, a déclaré face à la presse ce lundi 26 février à l’hôtel Le Suffren Indigo and Marina Hotel, à Port-Louis, que « le 5 février ti dir mwa al divan lapres, divan televizion, e vinn dir ki zafer Kistnen li pa enn zafer grav ».

L’ancien secrétaire-général du MSM explique que tout avait été préparé pour qu’il fasse cette déclaration, et qu’il devait soutenir ses propos en disant que « l’opposition pe fer tou pou destabiliz pei ». Il déplore que « Premier Minis bizin vinn dir bann bon zafer, e bann minis ti bizin vinn anons seki negatif ». Il déclare avoir refusé et démissionné le même jour.

Nando Bodha est d’avis que, dans le cas du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, ce dernier devrait démissionner.

 « Après tout ce qu’on lui a demandé de dire. Le comité national, all the way, finn dir ki pa bizin enn lanket indepandan, exigé par le leader de l’opposition. Li finn defann sa dan bann kestion parlmanter. Li finn defann sa dan PNQ. Finalement, le Conseil des ministres, kan trouve ena presion nasional, ena linanimite lorla… Seki terib, fer Dr Jagutpal li mem, vinn dir sa divan lapopilasion. Mo panse mwa ki li ti bizin demisione », a-t-il lancé .

Nando Bodha est également revenu sur la déclaration du Premier ministre, Pravind Jugnauth, à la télévision nationale hier soir. « Aucune indication concernant la campagne de vaccination », a-t-il déploré, en regrettant que le chef du gouvernement n’a pas fait état de la situation critique en Inde, rongée par la pandémie de la Covid-19.

Poursuivant, il a fait état du « vol du 28 avril », soit un avion venant d’Inde devant transporter une centaine d’ouvriers indiens, qui devrait fouler le sol mauricien.

Le député de l’opposition explique que les travaux du métro express à Maurice ont déjà pris du retard et que le gouvernement avait déjà « fait un arrangement pour continuer le projet de phase 2 ».

Il se demande ainsi, avec la situation en Inde – où « un variant complètement méconnu » fait ravage et où « on n’y connaît rien, on ne sait pas si le variant est détectable ou pas à travers le test PCR » – s’il y a urgence de faire venir les travailleurs indiens avec tous les risques que cela implique pour la population mauricienne.

Nando Bodha était face à la presse ce lundi 26 avril en compagnie de Paul Bérenger, Xavier-Luc Duval et Roshi Bhadain.