Victor Ah Yong (CAMO) s’est signalé par un record (15-16 ans) au 100m dos et Ryan Kok Shun a amélioré le record du 50m de sa catégorie d’âge

La Fédération mauricienne de natation (FMN) a organisé la dernière compétition de l’année, le Grand Prix de Noël le week-end dernier, au complexe sportif de Côte d’Or. En effet, les championnats nationaux (d’été) qui se tiennent habituellement en décembre ont été reportés pour mars 2021. Le fait est que les entraînements ont repris depuis peu. Il n’y avait pas l’urgence d’imposer des championnats nationaux, pour l’instant, selon Harold Lai, et cela évitera des blessures inutiles. C’est ainsi que dans une bonne ambiance, deux nageurs du CAMO se sont signalés avec deux records de catégorie d’âge : Victor Ah Yong au 100 m dos (1’02″38) et Ryan Kok Shun au 50 m dos (28″89).

Les nageurs se sont retrouvés en grand nombre à Côte d’Or. Pas moins de 275 participants, petits et grands étaient réunis pour cet événement. Plusieurs bonnes performances ont été enregistrées avec un retour en avant de Ryan Kok Shun. En féminin, Tessa Ip Hen Cheung s’est également bien défendue sur son épreuve phare, la brasse. Ryan Kok Shun avoue qu’il ne s’attendait pas à réaliser un record, ayant pris un peu de recul avec la natation depuis un moment en raison du confinement et de ses études. Il vient de compléter son baccalauréat international (BI) et est dans l’attente d’une réponse d’une université.

« Ce record est très encourageant, car il est quelques fois difficile de se remettre à fond dans la discipline. Cela me donne de l’espoir. J’ai essayé de maintenir une forme physique durant le confinement et je n’ai pas trop forcé lors de la reprise. Je sens toutefois que je n’ai pas la même forme physique que lors des Jeux des îles de l’océan Indien 2019. Je me suis dit toutefois que si je devais faire une meilleure performance pour ce Grand Prix, ce serait sur ce 50 m dos », fait ressortir Ryan Kok Shun.

En ce qui concerne Victor Ah Yong, il soutient qu’il n’a pas encore atteint son meilleur niveau pour l’instant. Il est toutefois satisfait de ce qu’il a accompli lors de ce Grand Prix de Noël et depuis la reprise. Les performances et les records qu’il a établis cette saison, il les doit à un travail assidu qu’il a entamé depuis la reprise. « C’est tout à fait normal que je ne sois pas encore à mon meilleur niveau sur toutes les épreuves que je vise. Je suis conscient que le post-confinement est un moment pour se reprendre petit à petit. Je souhaite retrouver le niveau que j’avais en début d’année, avant cette grosse coupure. Je pense pouvoir l’atteindre dans encore un peu de temps », fait ressortir Victor Ah Yong.

En féminin, Tessa Ip Hen Cheung partage un peu ce même état d’esprit. Sachant que les entraînements ont été réduits, elle n’avait pas de grands objectifs le week-end dernier, si ce n’est que faire de son mieux. La course dont elle en est la plus satisfaite est le 200 m brasse où elle a réalisé un chrono de 2’51″27. « Je me sentais bien dans l’eau et techniquement. Je m’entraîne actuellement six fois par semaine, donc, je me suis battue pour voir ce que je pouvais faire avec ce peu d’entraînements. De ce point de vue, je suis satisfaite de mes performances. Je vise à présent les championnats de Maurice en mars prochain », laisse entendre Tessa Ip Hen Cheung.

En ce qui concerne le président de la commission technique de natation, Idriss Sufraz, il soutient que ce Grand Prix de Noël avait la bonne formule pour boucler cette année. En effet, avec des championnats nationaux, il aurait fallu faire des éliminatoires, les mêmes épreuves matin et après-midi, et cela aurait été éprouvant pour les nageurs qui viennent de se remettre à nager.

« Tous les clubs s’entraînent pour garder la natation vivante, même si le volume de travail est réduit. C’est une chose importante. La FINA nous a demandé de bien respecter certaines consignes par prudence et nous le faisons. Pendant le confinement, la fermeture des piscines a duré plusieurs mois. Les championnats seraient mal placés pour cette période. Nous avons aussi voulu ramener ses nageurs un peu vers l’ambiance des derniers JIOI en retrouvant ce même site de compétition à Côte d’Or », soutient Idriss Sufraz. Il n’y avait donc aucun enjeu, aucun minima à atteindre lors de cette rencontre.

Idriss Sufraz se dit également satisfait des performances des jeunes nageurs et des petits qui démontrent que la natation locale a une bonne base. Les deux records étaient pour lui la cerise sur le gâteau pour marquer cette fin d’année. « La récompense avec des voucher prizes est une très bonne idée. Je remercie toute la communauté de la natation et le ministère de l’Autonomisation, de la Jeunesse, des Sport et des Loisirs », fait-il ressortir.

À présent, des réunions avec la commission technique et la FMN auront lieu afin de se mettre d’accord sur la façon de procéder l’année prochaine pour mieux orienter les nageurs. Le calendrier 2021 respectera la période des examens scolaires et les JIOI 2023 seront une priorité aussi.