Photos : Bhavik NAGINLAL MODI

Le nom de l’Electrical and Electronic Engineer Yassin Issany comme étant celui qui prenait des décisions au Marine Department revient à plusieurs reprises

La motion pour une enquête policière sur les pièces à conviction gelée en attendant d’écouter d’autres témoins

Les travaux de la Cour d’investigation pour faire la lumière sur le naufrage du remorqueur Sir Gaëtan se sont poursuivis hier avec l’audition de trois témoins, soit Mario Geneviève, Marine Engineer Surveyor, Patrick Craig, ancien Marine Engineer Officer à la Mauritius Ports Authority (MPA), et Shakeel Gobhurdun, Deputy Director à la MPA. Lors de leurs auditions, les deux premiers témoins ont à plusieurs reprises cité le nom de l’Electronic and Electrical Engineer Yassin Issany comme étant celui qui prenait des décisions au département de la marine, mais aussi comme la personne à qui ils devaient faire leur rapport. Mario Geneviève, qui avait décroché le contrat pour superviser les travaux de maintenance sur le remorqueur Da Patten, a évoqué, lui, un « manque de planning » et des « mauvaises décisions qui ont été prises ».

Mario Geneviève, Marine Engineer Surveyor, mais aussi un des assesseurs de la Cour d’investigation sur le MV Wakashio, compte plus de 45 ans d’expérience dans le domaine. En décembre 2019, il s’était vu offrir un contrat par la MPA pour superviser et assister les travaux de maintien d’un des remorqueurs, en l’occurrence le Da Patten. L’opération consistait alors à changer le moteur du remorqueur. Mario Geneviève devait ainsi faire une évaluation des “spare parts” pour ce travail, et faire ensuite des recommandations. « I was reporting to Mr Issany », devait-il déclarer.

Yassin Issany est l’Electrical and Electronic Engineer de la MPA, qui avait été appelé à diriger le Marine Department en l’absence d’un Marine Officer. Le témoin a été entendu deux fois par la cour sur ses fonctions et responsabilités à ce poste. Yassin Issany maintient ainsi qu’il n’avait jamais été responsable du département, mais qu’il avait été transféré pour « donner un coup de main ».

« Rs 1.5 M spare parts not needed »

Mario Geneviève a déclaré en cour qu’il avait remarqué que, dans la liste de “spare parts” qui avait été rédigée, plusieurs pièces n’étaient pas destinées au remorqueur. « The initial list of spare parts was not made as it should be. The spare parts were not for this engine. The list was drafted by two trainees of University of Mauritius who had no experience. They had taken caterpillar engine spare parts manual and drafted the spare parts. Rs 1,5 M of spare parts were not needed », a-t-il soutenu.

Ce dernier a par ailleurs confirmé que Yassin Issany avait approuvé cette liste. À la fin de son contrat, il avait soumis son rapport à celui-ci. Il a cependant concédé que la responsabilité du Marine Department aurait dû être confiée à un Marine Engineer. Mario Geneviève a ensuite évoqué un « manque de planning » et estimé que de « mauvaises décisions » avaient été prises. « There is a lack of planned maintenance at the MPA », dit-il.

Par ailleurs, Patrick Craig, qui a opéré comme Marine Engineer pendant un moment à la MPA, avant de démissionner, a indiqué qu’il devait aussi faire des rapports à Yassin Issany. « There was nothing clear about reporting. When I came in Port master told me to report to the electrical engineer. Every morning I had to go to Mr Issany. It was not me who took decision. It was Mr Issany », dit-il.

Patrick Craig a en outre exprimé la frustration qui l’animait quand il travaillait à la MPA, car il n’avait accès à aucun dossier, dit-il, et n’était pas impliqué dans la maintenance des remorqueurs. Il a dit avoir démissionné car, en tant que professionnel, il ne se voyait pas faire carrière dans cette autorité. « I could not impose myself, I could not take decisions. I was not allowed on the ships. They put me in an office and I did not have access to anything », a-t-il déploré.

Le Deputy Director de la MPA, Shakeel Gobhurdun, a pour sa part confirmé que l’exercice de “procurement” pour la rénovation des tugs avait été annulé suite à une décision du board. Il n’a cependant pas été en mesure de dire pour quelles raisons, car, dit-il, il ne fait pas partie du board.

La Cour d’investigation a par ailleurs mis en suspens la motion de la représentante du bureau de l’Attorney General, Me Yogeshwaree Boodhun, pour une enquête policière sur les pièces à conviction après que les rescapés ont déclaré en cour mercredi que le câble utilisé pour le remorquage n’était pas celui que l’on voyait sur les photos prises par les enquêteurs. L’ancien juge Angoh souhaite écouter d’autres témoins avant de prendre une décision.