- Publicité -

NCE : 233 étudiants ont décliné l’offre d’admission dans des académies

Sur les 2 168 places octroyées dans les 12 académies, seules 1 935 ont été remplies. C’est ce qu’a indiqué la vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, à une interpellation du député travailliste Mahend Gungaparsad. En outre, 233 étudiants ont décliné des offres d’admission dans les académies. Par ailleurs, le député a attiré l’attention sur le cas d’un étudiant de l’Extended Programme ayant réussi son National Certificate of Education (NCE), mais qui n’a pas été autorisé à monter en Grade 10.

- Publicité -

Alors que l’on s’attendait à une compétition féroce pour se faire admettre dans les académies, 233 étudiants ont décliné les offres pour ces centres d’excellence. C’est ce qu’a révélé la VPM et ministre de l’Éducation. Le député Mahend Gungaparsad voulait surtout savoir comment le ministère comptait remplir les places laissées vacantes dans les collèges régionaux. Selon lui, dans certains de ces collèges, une moyenne de 50 à 60 étudiants est partie vers les académies.

Cependant, la ministre a argué que moins d’enfants par collège signifient aussi que les classes seront moins chargées. Elle s’est appesantie sur le fait que des recherches ont prouvé qu’il y a de meilleurs résultats lorsqu’il y a moins d’enfants par classe. Raison pour laquelle le ministère ne compte pas remplir les places laissées vacantes.

Mahend Gungaparsad a alors fait remarquer que les transferts font partie de notre culture et que les collèges où il y a eu un grand nombre de départs sont très demandés. Il ne partage pas non plus l’avis que le fait qu’il y ait moins d’enfants dans la classe améliorera la qualité de l’éducation. La ministre insistant ensuite que l’esprit même de la réforme est « de permettre à tous les collèges d’atteindre l’excellence ».

Ce qui la mène à dire que s’il y a des étudiants ayant obtenu de très bons résultats dans certains collèges, ils devraient y rester, car il ne serait pas « juste » de leur permettre d’aller ailleurs. « Le but est que tous les collèges continuent de s’améliorer et deviennent des établissements très demandés. Et non pas servir à remplir les high demand schools. »

Dans une autre question, le député Gungaparsad a attiré l’attention sur le cas d’un étudiant de l’Extended Programme ayant réussi son NCE et qui ne peut malheureusement pas monter en Grade 10. La vice-Première ministre et ministre de l’Éducation a d’abord rappelé que pour réussir le National Certificate of Education, les candidats doivent avoir un minimum de Grade 6 dans un total de six matières principales, incluant l’anglais, le français et les mathématiques, et au moins le niveau intermédiaire dans deux matières dites “non-core”. L’alternative est un minimum de Grade 6 dans sept matières principales et un intermédiaire en “non-core”, ou encore un minimum de Grade 6 en huit matières principales.

Toutefois, a-t-elle précisé, le critère pour la promotion en Grade 10 pour les candidats ayant passé le NCE cette année est d’avoir au moins un Grade 6 dans six matières, incluant l’anglais. Exceptionnellement, pour cette année, les étudiants qui étaient en quarantaine ou en traitement ont été promus automatiquement en Grade 10.

Mahend Gungaparsad : Combien d’étudiants ont été promus en Grade 10 suivant ce changement dans les critères, et combien ont obtenu le Grade 6 en français et en mathématiques ?

Leela Devi Dookun-Luchoomun : Je n’ai pas les chiffres exacts, mais je sais que tous les étudiants ayant obtenu un Grade 6 en français et en mathématiques ont été promus en Grade 10.

M.G. : J’ai un cas concernant une étudiante de Petit-Raffray admise en Extended Programme dans un collège d’État de Goodlands et qui a réussi son NCE. Toutefois, le ministère de l’Éducation et la PSEA ne l’ont pas autorisée à monter en Grade 10. Elle ne peut même pas “shifter” dans le mainstream dans son collège actuel. Pouvez-vous considérer ce cas, car cet enfant a fait beaucoup d’efforts pour réussir.

LDD-L : J’aimerais savoir quels sont les résultats de cet enfant, car quand on élabore des critères, cela s’applique à tout le monde.

M.G. : Ses résultats sont compatibles avec les critères mentionnés.

Mahend Gungaparsad a également interrogé la ministre sur les cours à distance dispensés aux étudiants. Cette dernière a rappelé que les plus jeunes ont accès au Student Support Portal, mis en place avec la collaboration du National Council of Educational Research and Training de l’Inde. Pour les plus grands de Grades 10 à 13, les classes se font sur Microsoft Teams ou d’autres plateformes, à l’instar de Zoom. Environ 40 000 étudiants et 8 500 éducateurs ont obtenu leurs “login” pour utiliser Microsoft Teams.

La ministre a précisé que pour cela, le ministère a mis à jour 100 000 licences Microsoft pour Microsoft 365. De même, une plateforme nationale d’e-Learning sera lancée pour soutenir l’enseignement à distance. La connexion Internet sera également améliorée.

Mahend Gungaparsad a également voulu savoir si le ministère était prêt à “shifter” sur les cours en ligne si les écoles devaient fermer pour une raison ou une autre. La ministre a répondu que le système « est déjà en place et utilisé ». Le député travailliste a également demandé que les élèves du primaire puissent apporter leur tablette à la maison pour travailler dans le cadre des cours à distance. La ministre a répondu que cela ne relevait pas de la politique du ministère.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour