Nous avons perdu un grand poète, un grand écrivain qui a toujours porté son île dans son cœur et dans son âme.

Edouard Maunick avait quitté notre île Maurice mais pendant toute une vie, dédiée à la littérature, il a été inspiré par son enfance. Une enfance passée dans un village et dans le Ward 4 de Port-Louis.

Avec une verve hors pair, parfois une certaine insolence mais une sensibilité à fleur de peau, il a donné aux paroles et aux mots une telle puissance… Nous savons bien combien il a été prolifique avec ses vers et ses écrits.

Je me souviens de sa demande à une université : que l’île Maurice soit mentionnée sur une carte du monde à Los Angeles, de sorte qu’elle soit reconnue par le prochain Mauricien qui viendrait s’adresser aux étudiants. Cet honneur et ce privilège, je l’ai eu, lors de mon passage à l’université des années après.

Je me souviens de cette cérémonie à la municipalité de Port-Louis, où il a présenté son premier poème en Kreol…Ki Cote La Mer ?

De sa voix inégalée, il a récité ces vers avec force et émotion, laissant éclater cette quête essentielle. D’où sommes-nous ? Où allons-nous ?

Lui, il est revenu sans cesse vers ce petit bout de terre, après avoir été apprécié comme un apôtre de la francophonie, aimé par ses pairs en Afrique et ailleurs, et reconnu par l’Académie française pour sa contribution inestimable à la littérature française.

Il m’a toujours demandé de continuer à écrire…Il aimait tant le pouvoir des mots.

Moi, je lui ai dédié le roman qui raconte la tragédie de nos frères et sœurs de l’Archipel des Chagos, exilés loin de leurs îles…L’Archipel du Sagrin.

Encore une fois, il s’agit des îles, ces joyaux de l’océan qui ont lié Edouard Maunick à la vie, à l’existence, à la création et aux valeurs universelles qui l’ont inspiré.

« L’exil exorcisé/la mer n’est pas ici/et pourtant je ne sais/pourquoi j’entends des vagues/à l’assaut des sommeils…», écrivait-il.

Edouard Maunick, amoureux des îles, dont la vie a été rythmée par le grondement des vagues, continuera à vivre à travers son immense héritage et ses œuvres multiples.

NANDO BODHA