This television frame grab taken from TVNZ television on December 3, 2020 shows co-leader of New Zealand's Maori party Rawiri Waititi simulating a noose during his maiden speech in Wellington. - Waititi was ejected from parliament on February 9, 2021 for refusing to wear a necktie, wearing instead a hei-tiki, a traditional gemstone pendant, in a move he said was forcing indigenous people to wear a "colonial noose". (Photo by - / TVNZ / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT “ AFP PHOTO / TVNZ” - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Le Parlement de Nouvelle-Zélande a fait marche arrière mercredi, au lendemain de l’expulsion d’un législateur maori qui refusait de porter une cravate, et l’a autorisé à prendre la parole sans cet accessoire qu’il qualifiait « de noeud colonial ».

Le problème a surgi mardi quand ce co-dirigeant du parti maori a été expulsé de l’hémicycle pour ne pas porter la tenue requise lors de la séance des questions.

M. Waititi, qui a un tatouage traditionnel maori ou Ta moko sur tout le visage et porte un chapeau noir de cowboy, s’est défendu en affirmant porter une tenue traditionnelle maori pour ce type de fonction.

« Il ne s’agit pas de cravate mais d’identité culturelle », a lancé en quittant l’hémicycle le parlementaire, qui voit dans cet accessoire « un noeud colonial ».

La population maorie représente environ 15% des cinq millions d’habitants de la Nouvelle-Zélande.

Elle est la plus défavorisée du pays, avec des taux de pauvreté, de chômage et d’incarcération supérieurs à ceux de la moyenne de la population.

Pour beaucoup de Maoris, ces injustices remontent à l’époque où la Nouvelle-Zélande était une colonie britannique.

M. Waititi a affirmé que la question du port de la cravate était révélatrice des relations inter-raciales qui doivent encore s’améliorer dans ce pays du Pacifique Sud.

« C’est une violation des droits des peuples indigènes, nous (devons) avoir la liberté d’exprimer notre identité culturelle dans un espace comme celui-ci », a-t-il affirmé.

La Première ministre Jacinda Ardern a dit ne voir aucune objection au non-port de la cravate par les parlementaires.

« Il y a des questions beaucoup plus importantes pour nous tous », a-t-elle souligné.

Après avoir strictement appliqué le code vestimentaire mardi, le président du Parlement, Trevor Mallard, s’est montré beaucoup moins strict mercredi lors de la prise de parole de M. Waititi, qui ne portait toujours pas de cravate.

Au lieu de l’expulser, M. Mallard l’a simplement laissé poser une question, affirmant plus tard qu’un changement de la règlementation était envisagé.

M. Waititi a été élu au Parlement pour la première fois l’an passé. Dans son premier discours, il avait raconté comment un de ses ancêtres avait été pendu à tort par les Britanniques pour meurtre.

ns/dm/jah/juf/slb