Proches : tel est le mot-clé de la 6e Nuit des idées, qui prendra place, non seulement à l’Institut français de Maurice, mais aussi dans différents lieux de création de Rose-Hill et Quatre-Bornes. Le centre culturel propose, à partir de 17h30, une série d’activités, et surtout, de rencontres de ces voisins assez particuliers que sont les artistes. La photographie et le document sonore deviendront aussi des instruments de réflexion sur notre rapport aux lieux que nous côtoyons et à ceux qui les habitent.
La crise sanitaire et les distances physiques ont amené de nouvelles prises de conscience sur l’importance du lien social dans nos vies et sur la nécessité de se serrer les coudes avec nos proches. Le thème « Voisins, voisines » est la déclinaison mauricienne de la Nuit des idées, que l’IFM propose d’expérimenter, pendant cette longue soirée faite de rendez-vous dans différents points de la ville, où des artistes créent et se rencontrent, et d’une série d’expositions, de projections, concerts et animations radiophoniques à l’IFM.
Émilien Jubeau ouvre la Maison des Rêveurs au public. Installé rue Ollier, dans la maison de feue Lilian Berthelot, il proposera aux visiteurs de découvrir l’univers de cet écrivain emblématique, qui a d’ailleurs écrit une histoire de Rose-Hill/Beau-Bassin, à travers ses carnets, manuscrits, agendas ainsi que sa bibliothèque et les tableaux qu’elle peignait. L’architecture traditionnelle de cette maison et son jardin luxuriant offriront des moments de tranquillité et de sérénité aux visiteurs dans ce lieu inspirant.
À quelques centaines de mètres de là, rue Pasteur, les plasticiens Gaël Froget et Evan Sohun accueilleront les visiteurs dans leurs studios, xs au Bactory. Au rez-de-chaussée, Evan Sohun propose de s’installer quelques instants dans un salon spécialement aménagé pour partager le quotidien des Toudims, les personnages qui peuplent ses tableaux. L’un d’entre eux sera là d’ailleurs, sculpté et confortablement installé dans un fauteuil, au milieu de tous les objets et croquis, qui font cet univers si singulier. À l’étage au-dessus, Gaël Froget et Fanio Skizofan proposent une série de travaux à quatre mains, réalisés sur le thème de « Bat bate », expression de prédilection qu’emploient ces artistes quand on leur demande de quoi ils vivent… S’il est un maître en matière d’écriture et de poésie, Skizofan est aussi venu à l’image ces dernières années, au contact de Gaël Froget. Nous découvrirons le fruit de leurs conversations, d’un dialogue à flot continu, qui a fait naître des toiles, des performances et installations, imprégnées de l’esprit de la rue.
À l’Art Academy, la danseuse Anna Patten et le tablaïste Shakti Ramchurn invitent le public à mettre de la danse dans leur vie… grâce à deux sessions d’initiation au kathak, ouvertes à tous, dont la vocation n’est autre que de raconter une histoire et exprimer des sentiments par le mouvement (inscriptions par email artacademy28@gmail.com).
À la Route Royale, Tristan Bréville installera des photographies de cette rue telle qu’elle était en 1996 et telle qu’elle se présente aujourd’hui, histoire de mesurer le chemin parcouru et l’évolution visuelle de la ville lumière en un quart de siècle. Une carte Google des points-photos sera disponible sur le site de l’IFM.

La photo à l’honneur

Outre ce parcours culturel d’un soir, l’IFM propose une série de rendez-vous dans ses propres locaux qui permettront de s’imprégner de ce si précieux vivre ensemble mauricien, qui sera en premier lieu l’objet d’une émission de Radio 1, de 18h à 19h, animée par Finlay Salesse. Suivront plusieurs débats avec des artistes et les commissaires de cette soirée, Astrid Dalais et Guillaume Jauffret, ainsi que les représentants du projet Parlons photo.
La galerie accueillera en avant-première le nouveau documentaire sonore de My Moris, réalisé sur cet autre lieu de rencontre qu’est le débarcadère de Poudre d’or. L’exposition Bréville, père et fils, à savoir Tristan et Frédérick, montre les lieux emblématiques de Beau-Bassin/Rose-Hill, tandis que KMVH présentera une performance photographique participative sur les rues de la ville. Et pour que l’on n’oublie pas trop vite 2020, le livre photo L’Absence montrera l’île Maurice désertée de ses habitants, au temps du confinement à travers les photos de Jean-Paul Mussodee et les textes de Stephan Rézannah.

La musique sera aussi au rendez-vous avec des interludes signés Lionkklash et Rwanito, Double T avec Éric Triton et Philippe Thomas, Daniella Bastien et Mélanie Pérès, Bernard Moonsamy et Lionnel Cupidon et la magnifique Sarah Honoré. Le collectif Babani assurera le final de la soirée. La cuisine de rue sera aussi au rendez-vous, avec les marchands de la ville, et quelques surprises gustatives. Des navettes rallieront tous les points du parcours toutes les 20 minutes, avec un premier départ à 17h15 de l’IFM, jusqu’à 20h30.