L’interdiction émise par les autorités hier à l’encontre du volontariat n’a nullement découragé une foule de volontaires de gagner les côtes du Sud-Est. Bien que la fabrication de booms et les opérations en mer ont été stoppées par les autorités, les locaux – aidés par d’autres citoyens – devaient poursuivre en catimini le nettoyage des lagons, atteintes par une “mare mwar” provoquée par l’échouement du MV Wakashio sur les récifs de Pointe d’Esny.

De fait, les volontaires, menés par les membres de Rezistans ek Alternativ, n’étaient pas tout à fait aux fourneaux pour le confectionnement de boudins au Mahebourg Waterfront, ce samedi 15 août.

La raison: les autorités avaient, ce matin, restreint l’accès aux zones touchées par la “mare mwar”, sur ordre communiqué par le ministère de l’Environnement, et ce, pour laisser “les experts” accomplir leur travail.

« A notre réveil, une vingtaine de membres de la SSU nous ont dit qu’à partir de ce matin, volontaria nepli gagn drwa fer. Et que l’accès au Mahebourg Waterfront était restricted aux piétons et véhicules », relate Kugan Parapen, membre de Rezistans ek Alternativ.

Toutefois, à la mi-journée, la « mission » des autorités aurait changé : l’accès était restreint seulement aux véhicules, indique un officier des forces de l’ordre, posté sur place.

Kugan Parapen souligne que la situation s’est par la suite « calmée ». Un stock de boudins prêt à être déployé est toutefois resté à quai.

Toute la journée, les habitants de la localité ont afflué au Waterfront, désirant d’aider à nettoyer le lagon qui fait vivre leur communauté.

Les curieux étaient également nombreux à venir admirer le travail accompli par les volontaires. Un drapeau « géant » a été déployé et tous ont été invités à y inscrire un mot de remerciement.

À l’autre bout du Waterfront, une toute autre opération s’était mise en place. Les boudins artisanaux usés étaient retirés hors du lagon par des pêcheurs de la localité afin d’être entreposés dans des conteneurs.

Du côté du point d’embarcation de Pointe-Jérome, les officiers de la National Coast Guard avaient fort à faire. Ils devaient notamment déployer 200m de  »inflatable boom » dans le lagon de Pointe d’Esny. Étant donné qu’une fuite de résidus d’huile a une nouvelle fois été observée vendredi, depuis la zone de cale du navire.

Selon les experts, ce type de fuite était attendu et est dû à la flexion et à la torsion du navire.

Des mesures ont été prises pour évaluer la situation et éviter d’éventuels dégâts au moyen de barrages flottants supplémentaires et de nouveaux équipements.

De plus, l’écumeur Waste Cleaner 83, arrivé à Maurice à bord d’un avion Antonov, avait entamé ses opérations de purification d’eau dans les lagons du Sud-Est.

A 15h40, le MV Wakashio s’est finalement scindé en deux, comme attendu. Sa partie avant a été remorqué vers le large pour y être coulée. La partie arrière repose toujours sur les brisants.