Photo archive

Décidément, il a de la veine, le jeune Vincent Duvergé. Pour son nouveau spectacle One Man Chaud prévu le 3 octobre à 20h, au Trianon Convention Centre, les 2 600 places prévues en salle ont été vendues. Du jamais vu pour un artiste, jeune de surcroît, qui récidive. Car ses deux premiers spectacles avaient eu le même accueil du public. Toutes les places avaient été vendues en un temps record.

Au restaurant Celebs de Bagatelle, en compagnie de Titanium Events représentée par Moshin Moosa et son épouse qui préparaient l’événement, Vincent Duvergé qui assurait un live sur sa page Facebook n’en revenait pas : ses fans lui font vraiment confiance. Il sait titiller son public par son humour pimenté, grivois, mettant en avant les travers de notre société, tout en restant bon enfant.

Pour son spectacle prévu le 3 octobre, au Trianon Convention Centre, Vincent Duvergé a décidé de se la jouer Chippendale, torse nu comme le montre l’affiche. L’humoriste se défend gentiment en disant qu’il a voulu un “One-man chaud” au lieu de show. « C’est un spectacle qui essaie de briser les tabous et de parler de certains sujets chauds. Cela faisait un bon moment que je voulais faire un one-man-show qui a pris de l’ampleur pendant le confinement, une période assez difficile, source d’inspiration et un moment idéal pour écrire le spectacle. Je suis surpris qu’on soit “sold out” aussi tôt. »

Il n’y a pas encore de deuxième date à confirmer pour One Man Chaud, Vincent préférant s’attarder sur le spectacle du 3 octobre. Un show pas très conseillé pour ceux âgés de moins de 15 ans. Car comme le reconnaît Vincent, si le show ne sombre pas dans la vulgarité, les sujets abordés peuvent être délicats pour les parents qui pourraient se voir devant le fait accompli d’expliquer « des choses étranges à leurs enfants… d’où le Show chaud. » Parlant du message qu’il veut véhiculer à travers son spectacle, Vincent Duvergé trouve important qu’on puisse arriver à rire de nos différences, de nos actions et de nos habitudes. « Mon message est de rire de tout en abordant des sujets chauds qu’on n’a pas l’habitude de voir sur scène.

Style piquant et satirique

Quant aux attentes de son public, Vincent Duvergé reconnaît qu’après ses deux premières prestations, beaucoup de ses fans ont appris à mieux cerner le personnage de Gérard. « Je vais essayer de garder mon style piquant, satirique tout en essayant de faire rire le public de nous-mêmes. » À ses fans qui attendent de retrouver ses spectacles sur vidéo, Vincent dit « que ce sera probablement en 2022 », mais qu’il vise surtout un public qui réside à l’étranger. En couple avec Sheryll Smith, l’idée serait aussi de les voir dans un spectacle duo d’humoristes, se renvoyant des répliques cinglantes. Mais Vincent dira plutôt se concentrer sur leur spectacle Ils s’aiment en trois volets. Sa signature artistique, Vincent ne cherche pas à l’imposer, préférant prendre du plaisir à faire de l’humour. Ce passionné de gags dit s’être beaucoup inspiré d’humoristes étrangers pour créer des buzz sur les réseaux sociaux.

Après One TV de Radio One, Vincent Duvergé a voulu prendre un envol en travaillant sur sa nouvelle chaîne Pop TV qu’il lancera au mois d’octobre avec des visages connus. Il compte faire une émission que les Mauriciens n’ont pas l’habitude de voir tout en apportant un contenu télévisuel sur le web. « Je veux que Pop TV soit le rendez-vous des Mauriciens tous les soirs quand ils veulent se divertir. »

Sa rencontre avec Moshin de Titanium et son épouse a été un « moment exceptionnel » dans la vie de Vincent Duvergé. « Je me souviens lors de mon premier spectacle lorsque je découvrais la loge du MGI, sa douche et ses équipements folkloriques. Moshin et Raifa avaient tenu à rendre le lieu confortable avec un joli tapis rouge et deux sofas pour que je sois dans le confort total. C’est peut-être un détail, mais pour moi artiste débutant, cela voulait beaucoup dire. »

Évoquant la possibilité qu’il mette en place une Académie de l’humour, Vincent trouve que ce serait « une chance inopinée » pour les jeunes humoristes en herbe. « J’ai moi-même eu la chance de me lancer sur YouTube. Il y a beaucoup de talents à Maurice. On me parle de mettre en place un Vincent Comedy Club ou un Gérard Comedy Club, mon personnage qui cartonne. L’idée est bonne, mais si on pouvait créer un mouvement qui donnerait naissance à une académie, ce serait un bon tremplin. »

Selon l’artiste, la scène change un homme et le 3 octobre, il connaîtra une nouvelle fois des frissons mêlés de peur et de joie. Il faut dire aussi que Vincent Duvergé compte un solide fan-club qui lui a déjà fait une “standing ovation” sans même avoir vu le spectacle. La preuve… 2 600 billets déjà écoulés. Pas mal, pour un jeune mauricien. Preuve que le talent n’a pas d’âge.