Onze Rodriguais toujours bloqués à Maurice depuis le dernier confinement sanitaire font servir une mise en demeure par le biais de l’avoué, Pazhany Rangasamy, à l’Assemblée régionale de Rodrigues, l’État mauricien et au Premier ministre et ministre de Rodrigues, dans laquelle ils réclament leur rapatriement à Rodrigues dans un délai de 48 heures à partir du moment où le document leur sera servi.

Dans ledit document, les Rodriguais évoquent « a discriminatory and arbitrary policy in allowing other co-residents to fly to Rodrigues ». Ils disent faire face à un « tremendous moral and financial prejudice due to their inability to return to Rodrigues ».

Ces derniers avancent envers l’État mauricien, L’Assemblée régionale de Rodrigues et du Premier ministre que « in the circumstances, your aforesaid acts and doings constitute a blatant violation of their constitutional rights to security and freedom of movement enshrined under sections 3 and 15 of the Constitution ».

Ils réclament ainsi à ce que les « Hereundernamed Parties » sont le plus formellement requis, appelés et sommés de prendre toutes les mesures nécessaires pour les rapatrier à Rodrigues dans un délai de 48 heures à partir du moment où ils auront été servis le document, faute de quoi ils se tourneront vers la Cour Suprême pour un rapatriement immédiat et des réclamations de dommages.

Les Rodriguais ont pour avocat les hommes de loi du PMSD : Mes Jacques Panglose, Adrien Duval, Alexandre Leblanc et Rouben Mooroongapillay.

Rodrigues by Le Mauricien on Scribd