La rencontre prévue entre les trois leaders des partis de l’opposition, à savoir Navin Ramgoolam, Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval, ainsi que le leader de l’opposition, Arvin Boolell, a été reportée à une date ultérieure. Navin Ramgoolam a fait savoir qu’il ne sera pas libre ce jour-là.

Par ailleurs, le leader du MMM, Paul Bérenger, qui s’adressait samedi aux membres du régional de sa circonscription, rue Ambrose, a rappelé : « Nou finn gagn enn move kou pou eleksion zeneral. Fode pa kouyonn nou mem. » Il a ensuite salué non seulement les militants de sa circonscription, mais également leur courage avec lequel ils ont relevé la tête. « Nou pei mal, me antan ki parti, nou relev latet ».

Pour Paul Bérenger, cette année « a été bien difficile ». Il a déploré que certaines personnes « inn servi maler dimounn pou ranpli zot pos ». Et d’ajouter : « Kokin plis ki zame. » Selon lui, avec le naufrage de Wakashio, le gouvernement a montré son « incompétence », alors que « les abus ont amené Air Mauritius là où il est ». Concernant Angus Road, il a observé que tout le monde connaît la vérité sur l’affaire Soopramanien Kistnen. « Jamais je n’avais pensé qu’on serait descendus aussi bas. 2020 a été l’année de la descente aux enfers », dit-il, estimant que 2021 sera « décisive », avec l’arrivée des pétitions électorales devant la Cour suprême dès janvier.

Le leader du MMM estime que le gouvernement sera obligé de donner les élections municipales entre février, mars ou avril. « Ce sera aussi décisif pour le MMM, le PTr et le PMSD. Ce sera le moment de vérité alors qu’il y aura des développements au gouvernement », a dit Paul Bérenger. Il a de même estimé que la réouverture de l’économie dépendra largement des vaccins. « Le grand problème est que le pays vit à crédit pour le moment, en puisant dans la monnaie virtuelle de la caisse de la banque de Maurice », dit-il.

Sur le plan international, il dit avoir observé que Joe Biden sera à la barre de la présidence des États-Unis à partir du mois prochain et a souligné qu’il a « tout notre encouragement ». Il a enfin conclu, en affirmant qu’un « nouveau monde doit naître en 2021 », qui sera « une année décisive non seulement pour Maurice mais pour le monde entier ».