Les Otentik Street Brothers ont 29 ans d’existence ce 26 août. La pandémie liée au Covid-19 a bouleversé la notion du temps, raccourci le calendrier et changé la donne pour les célébrations. Les OSB se voient déjà à l’année prochaine. Du coup, les chiffres se sont arrondis, de 29 on passe à 30 ! Et 30 ans pour un groupe, ça se fête !

Les 30 ans des Otentik Street Brothers ne sont peut-être pas encore d’actualité. En revanche, cet anniversaire se prépare, et qu’à cela ne tienne, une année de préparation pour un tel événement n’est pas de trop pour les Boyz de Plaisance : c’est là-bas que tout avait commencé. Et c’est ainsi que les OSB vont non seulement célébrer leurs 29 ans d’existence dans le circuit de la musique locale et dans la société ce 26, mais donneront aussi le ton à ces trois décennies de présence. Les restrictions liées à la pandémie de Covid-19 obligent, les 29 printemps de la bande qui a déclenché la fièvre du ragga kreol ne seront pas grandioses. Néanmoins, ses protagonistes marqueront le coup, entre eux, sans doute. “Nou pou manz gato-la”, dit Bruno Raya. Et aussi à titre individuel, chacun travaille sur son projet respectif.

Blakkayo, Tikenzo et Master Kool B assurent leur carrière solo comme des grands depuis longtemps déjà. Mais restent unis pour OSB. Et ce 26, ce sera à Bruno Raya de “larg enn bon son” avec Feel Free. Ce titre qu’il fera découvrir, c’est un cadeau qu’il offre à ses followers et qu’il s’offre pour aussi par la même occasion. De plus, Feel Free marquera le retour d’Ultimatum ou de Ti Benoît du duo Monaster. Ultimatum y sera en featuring, Orizinal Danger également. Feel Free, laisse entendre Bruno Raya, est aussi pour rappeler que d’autres bons sons vont arriver. Car si le trio a certes la quarantaine bien entamée, l’heure de la retraite n’a pas encore sonné. Il a encore des choses à dire, à dénoncer et des messages en parabole ou explicites à faire passer. Un album est en voie de conception. Attention, il pourrait faire mal aux destinataires.

Sujets sensibles

L’album, qui fera suite à Ragga Kreol, Expresion Libere, Nou Kila et Revey Twa, sera indéniablement aux couleurs des OSB, avec toutefois des nuances pour être plus parlant à la présente génération. Mais au-delà des rythmes qui feront monter les vibes, il y aura des mots. “Nous allons aborder des sujets sensibles”, prévient Bruno Raya. Après trois décennies dans la place, ils ne feront pas dans la dentelle.

Nou ti tou letan enn bann militan et il n’y a aucune raison que cela change. Avec cet album, nous avons encore des messages à faire passer, surtout à la nouvelle génération, pour lui dire ce qui ne va pas bien dans la société, que la politique pense toujours en termes de race, de religion… Et que le mauricianisme existe bel et bien, mais cette notion est pervertie quand la politique s’en mêle pour arriver à ses fins. Si kontign koumsa nou pou retrouv nou dan enn repiblik bananier kot pena valer. Ce que nous dénoncions il y a 25 ans est malheureusement toujours d’actualité. Nous allons certainement remettre les mêmes problématiques sur le tapis, mais c’est la façon de les dire qui changera”, concède Bruno Raya.

Ce dernier explique encore que l’écologie aura une place de choix dans ce prochain album. “Il faut rappeler l’importance de la nature et à quel point elle est vitale. Si elle n’est pas respectée, nous risquons de connaître d’autres pandémies beaucoup plus graves que le Covid-19”, dit-il, sur un ton plus solennel. L’album des 30 ans des OSB n’a pas encore de titre. Cinq morceaux ont été bouclés dans différents studios. D’autres chansons se grefferont à celles déjà enregistrées.