Pravind Jugnauth: « En tant que gouvernement, notre priorité est votre santé avant tout »

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, qui s’adressait aux planteurs et éleveurs réunis hier à l’auditorium Octave Wiehe, a exprimé ses craintes concernant les pressions exercées sur son gouvernement et sur sa personne en vue de l’ouverture des frontières. « En tant que gouvernement, notre priorité reste votre santé avant tout », a-t-il alors lancé.

Abordant la question de la réouverture des frontières hier, Pravind Jugnauth a expliqué : « Ena dimounn paret pa kontan ki nou dan enn sityasion koumsa (“COVID Free”, NdlR). Fer tou kalite presyon lor gouvernman, lor mwa pou dir bizin ouver frontier pou less touriss vini. Bien sûr, beaucoup veulent le rétablissement des activités économiques, surtout dans le secteur touristique, et ce, le plus vite possible. Et ce n’est pas uniquement les opérateurs de ce secteur qui perdent des revenus. Ce n’est pas non plus seulement le gouvernement et le pays qui perdent des revenus en termes de devises étrangères entrant dans le pays, mais vous aussi, planteurs et éleveurs, dont une partie des produits est destinée aux restaurants et hôtels. »
Le Premier ministre poursuit : « Nous souffrons tous de cette situation. Nous savons que, d’un côté, le fait que nos frontières soient fermées a des effets néfastes sur notre économie et sur certains secteurs en particuliers et que, de l’autre côté, nous avons un pays qui peut fonctionner et peut avoir d’autres activités économiques et sociales nous permettant de bouger sans crainte et sans peur, et qu’on peut continuer avec ces autres activités tout en protégeant la santé de toute la population. Voila le choix que nous avons à faire. En tant que gouvernement, notre priorité est votre santé avant tout ! »
Toujours sur le même chapitre, Pravind Jugnauth dit aussi déplorer que « certaines personnes continuent de critiquer de A à Z, comme si rien n’était fait » dans le pays. « Mem COVID-19 zot trouv pa bon », a-t-il lancé. « Cela fait quatre mois que nous n’avons eu aucun cas de contamination locale. On peut penser que la COVID-19 ne constitue plus une menace. Mais si on réfléchit, on réalise quelle menace ce virus représente et comment il peut paralyser un pays. D’ailleurs, on a vu que durant le “lockdown”, tout était fermé », a-t-il rappelé.
Il considère par ailleurs que son gouvernement ne fait pas suffisamment de publicité sur le travail qu’il a accompli. « Nous sommes tellement concentrés sur le travail et les problèmes auxquels nous sommes confrontés, alors nous ne battons pas notre propre tambour. Mais l’OMS a cité Maurice parmi les pays qui doivent être cités en exemple concernant la lutte contre la COVID-19. Si certains choisissent de fermer les yeux et de ne pas le voir, l’OMS, elle, a les yeux bien ouverts et entend très bien, et a félicité Maurice », poursuit Pravind Jugnauth.
Au début de son intervention, le Premier ministre a observé que si les planteurs et les éleveurs peuvent se réunir en aussi grand nombre dans l’auditorium Octave Wiehe, « c’est parce que le pays est Covid Safe ». Et de rappeler qu’il y a quelques mois, « on ne pouvait se rassembler ou pratiquer une activité quelconque, voire célébrer un mariage ». Et même, dans certains cas, « des parents ne pouvaient pas assister aux funérailles de leurs propres proches ». Avant de s’enorgueillir que « nous avons pris de bonnes décisions et avons obtenu la collaboration de la population, qui a respecté les consignes ».
Sur le volet de l’agriculture et de l’élevage, il a dit sa « nostalgie » de l’époque où il était ministre de l’Agriculture, en 2002. « J’avais créé le Small Planters Welfare Fund. Mon rêve était de créer un grand Insurance Scheme parce que je connaissais les problèmes auxquels les planteurs et les éleveurs étaient confrontés. Ce rêve est devenu réalité. Ce sera un soutien financier et cela permettra de soulager les planteurs. Grâce à ce plan, un planteur peut toucher quelque Rs 85 000 par arpent lorsque ses activités sont affectées lors des cyclones et dans les moments difficiles. »
Selon lui, la COVID-19 a démontré l’importance de l’agriculture. Aussi invite-t-il les planteurs à effectuer un retour à la terre. Le Premier ministre a ainsi rappelé les trois mesures phares mises en place à l’intention des planteurs et éleveurs, à savoir la garantie de Rs 25 000 par tonne de sucre pour les premières 60 000 tonnes, la possibilité pour ceux ayant 10 arpents de terre agricole de convertir 10% de leurs terres et la subvention sur les engrais, qui est passée de Rs 5 000 à Rs 25 000 la tonne.
Intervenant à son tour, le ministre de l’Agro-industrie, Manesh Gobin, a tenu lui aussi à encourager les planteurs à « retourner à la terre ». Il a par ailleurs demandé aux planteurs et éleveurs de se faire enregistrer afin de se qualifier pour le soutien gouvernemental en cas de problème. À noter qu’hier après-midi, 306 planteurs ont été indemnisés suite à des pertes occasionnées lors de fortes pluies et de par les dégâts causés par le cyclone Herold en mars dernier.