Photo illustration

« B*** t* l*** p**** », ont entendu des téléspectateurs de Parliamentary TV Channel lors des échanges à l’Assemblée nationale sur un Point of Order engageant la ministre Kalpana Koonjoo-Shah et la parlementaire du MMM, Joanna Bérenger, lors des débats sur le Mental Health Care Bill. Devant la protestation de la ministre contestant la paternité de ces propos, le Speaker de l’Assemblée nationale, Sooroojdev Phokeer, a préféré s’en remettre à la police pour enquête.

Des propos déplacés, pour ne pas dire vulgaires sont attribués à la ministre Kalpana Koonjoo-Shah au sein de l’hémicycle alors que son micro était allumé. Ces jurons auraient été entendus par des téléspectateurs suivant la retransmission en direct des travaux parlementaires sur la chaîne Parliament TV. L’on entend d’ailleurs une voix prononçant des mots vulgaires – « B*** t* l*** p****- » – alors que la ministre était en discussion sur un point de droit qu’elle avait soulevé pour interrompre la députée Joanna Bérenger dans son discours sur le Mental Health Care (Amendment) Bill et le Speaker tentant de ramener de l’ordre.

Dans une lettre adressée au commissaire de police hier, au nom du Speaker, la Clerk de l’Assemblée nationale, Safeena Lotun, affirme avoir comparé les vidéos circulées sur Facebook et la version de la chaîne des retransmissions parlementaires et dit noter qu’il y aurait une « discrepancy » entre les deux. Le Bureau du Speaker de l’Assemblée nationale demande ainsi l’intervention de la Cybercrime Unit de la force policière pour son assistance sur les deux vidéos qui sont disponibles sur la chaîne officielle du Parlement et sur Facebook et de l’informer des conclusions de l’enquête afin qu’il puisse « deal with this issue at the level of the National Assembly ».

Des parlementaires de l’opposition affirment n’avoir pas entendu les jurons au sein de l’hémicycle, mais se disent choqués par les propos alors que Kalpana Koonjoo-Shah tentait, pour sa part, de mettre fin aux attaques de Joanna Bérenger contre elle et son ministère.
Affaire à suivre…