Photo illustration

Le Central CID enquête sur un réseau qui tente de vendre des passeports mauriciens à des étrangers qui sont sur notre territoire. Le réseau cible surtout des footballeurs africains qui exercent à Maurice.

Ainsi, le milieu camerounais du club Bolton City, Marcel Wamba Kepdep (27 ans), a été arrêté par la police la semaine dernière. Les Casernes centrales soupçonnent qu’il aurait approché une bande de faussaires pour obtenir un passeport mauricien. Ce document comporte beaucoup d’avantages, permettant ainsi à son détenteur de jouir de l’espace Schengen en Europe. Sauf que les détails sur le passeport ne sont pas ceux du détenteur.

C’est sur la base de certains renseignements que l’équipe du DCP Jangi a fait une descente dans une maison à Sainte-Croix la semaine dernière où elle a mis la main sur plusieurs pièces à conviction dont des photos passeport des étrangers, de faux et vrais passeports mauriciens, des équipements informatiques et une certaine somme d’argent. Trois suspects ont été appréhendés, nommément Denis Thomas (34 ans), Stephan Jerry Bert (32 ans) et Kathy Verloppe.

Ces derniers ont été inculpés sous une accusation provisoire de “conspiracy to commit an unlawful act” et demeurent en détention préventive. Dans un premier temps, la police a examiné les fichiers informatiques et les faux passeports saisis et elle s’est rendu compte que l’un des documents porte la photo de Wamba Kepdep. Sauf que le nom du footballeur est différent sur le passeport. Le Camerounais a été arrêté après quelques jours et il est passé aux aveux. Il a dit avoir approché ce réseau pour l’obtention d’un passeport mauricien avant de mettre le cap sur l’Europe après l’expiration de son contrat avec Roche-Bois Bolton City. Il demeure en détention à Alcatraz après son inculpation provisoire en justice.

Le CCID soupçonne que d’autres étrangers ont approché le réseau alors que Wamba Kepdep aurait fait le lien avec eux. Des renseignements pris dans le milieu sportif, Le Mauricien a appris que le contrat des certains joueurs africains auprès de leur club ne sera pas renouvelé. De son côté, la police prévoit d’autres arrestations dans les prochains jours, surtout avec l’ouverture des frontières qui approche à grand pas. Une source aux Casernes centrales avance que les demandeurs de passeport sont prêts à débourser entre Rs 20 000 et Rs 50 000 pour obtenir ce document.

Le mode opératoire du réseau pour l’obtention d’un passeport mauricien est de faire une demande auprès du bureau du passeport où c’est un Mauricien qui remplit le formulaire. Mais la photo déposée au PIO est celle de l’étranger. Un des membres du réseau récupère alors le passeport après une dizaine de jours et le remet au client qui devient « mauricien ».

Le CCID a noté une autre astuce utilisée par ce réseau qui consiste à enlever la photo sur le vrai passeport pour y apposer celle du client. À ce stade, la police ignore combien de personnes ont approché ce réseau alors que les interrogatoires se poursuivent aux Casernes centrales.