« Mo per kan mo kalkil tousala », a déclaré le leader du MMM, Paul Bérenger, ce samedi 10 octobre, en questionnant la compétence du gouvernement à gérer la réouverture partielle des frontières et de l’aéroport.

Paul Bérenger a parlé de « volte-face » du porte-parole du comité de crise sur la Covid-19, Zouberr Joomaye, qui a concédé durant la semaine qu’il y avait eu non-respect de protocoles sanitaires dans le convoyage des rapatriés jusqu’aux centres de quarantaine.

« Ena enn ta dimounn dan lanatir pa pe fouti retras zot ek zot pa’nn swiv prosedir », a avancé le leader des mauves. « Tou zot zafer protokol. Sa kout-la, protokol inn anbalao ».

Paul Bérenger a fait part d’un « doute généralisé » dans le pays concernant la gestion de la pandémie, pointant du doigt le « manque de transparence » du gouvernement autour de la réouverture des frontières.

« De quelle manière ont-ils choisi l’opérateur de taxis et qui l’a choisi? », a-t-il demandé, en référence aux chauffeur de taxi placés en isolement pour avoir assuré le convoyage de passagers rapatriés vers les centres de quarantaine.

Paul Bérenger a également questionné le choix des hôtels pour la quarantaine des passagers, se demandant s’il n’y a pas eu de « favoritisme ». « Zot pe zwe ar lasante ek lavi dimounn », a-t-il lancé.

Par ailleurs, évoquant le décryptage de la boîte noire du MV Wakashio, qui a révélé qu’il n’y a eu aucune communication entre le vraquier et la National Coast Guard, Paul Bérenger a déclaré que tous les dires des autorités seraient remis en question. « Which is which? Cela crée un doute total », a-t-il observé.