Photo illustration

La compagnie Ornamental Marine World se défend des allégations portées par une de ses concurrentes dans le secteur de la Coral Farm, en l’occurrence Supam Export Ltd, à l’Independent Commission Against Corruption (ICAC).

La compagnie, qui appartient à Mohesh et Meneeka Gurroby, précise en effet n’avoir « aucun lien d’affaires » avec les Gurroby impliqués dans l’opération Super Cargo de l’Anti-Drug Smuggling Unit (ADSU) et la saisie de 300 kilos de drogue à Pointe-aux-Canonniers. Ornamental Marine World dit opérer « dans la légalité » et affirme être conforme aux règlements du ministère de l’Economie bleue.

Supam Export allègue en effet au niveau de l’ICAC que cette compagnie des Gurroby opèrerait dans l’illégalité et bénéficierait des faveurs du ministère de Sudheer Maudhoo. « Nous sommes dans ce secteur d’activités depuis très longtemps et nous déplorons les accusations faites par la compagnie Supam Export Ltd. C’est vrai qu’on porte le même patronyme, Gurroby, mais on n’a rien à voir avec ceux qui sont sujets à des enquêtes », laisse entendre Meneeka Gurroby.

Cette dernière affirme d’ailleurs que les allégations dont elle fait l’objet et portées par Supam Export datent de quelque temps déjà et que les officiers et techniciens du ministère de tutelle ont déjà effectué des vérifications. « Bann ofisie minister finn fer zot bann kontrol. Tou nou bann zafer an reg. Pa finn trouv nanyier ki pa bon ou kiksoz ki pe fer ki ilegal », soutient-elle.

Meneeka Gurroby ajoute que depuis l’arrestation des Gurroby, sa compagnie a été sujette à des vérifications des autorités, dont la Commission anti-corruption. « Finn ena bann explikasyon ki nou finn donn Licac, sirtou apre ki zot finn bizin idantifie tou bann konpani Gurroby. Licac finn satisfe ek nou bann informasion ek finn les nou ale », précise la responsable d’Ornamental Marine World Ltd, compagnie qui existe depuis 2008. « Depi lontan nou oper dan sa sekter Ornamental Fish ek coray. Supam so alegasyon far fetch. Ek li pe fer enn amalgam ek bann lezot Gurroby », ajoute Meneeka Gurroby, qui déplore que cette compagnie concurrente dans ce domaine d’aquaculture (Supam Export) l’ait accusée d’obtenir des faveurs du ministère après la non-obtention des permis qu’elle recherchait.

Selon Meneeka Gurroby, les accusations de Supam Export « portent atteinte à (sa) crédibilité professionnelle » et l’embarrassent vis-à-vis de ses partenaires d’affaires. Quant à l’autre compagnie, Reef For Life, elle explique que celle-ci date de 2017 et que toutes les opérations sont là encore conformes aux règlements régissant ce secteur d’activités.
Dans les milieux officiels, soit au ministère de l’Economie bleue, on laisse entendre qu’une enquête avait été entamée il y a quelque temps à la suite d’allégations formulées par Supam Export Ltd. Des vérifications ont donc déjà eu lieu et rien de compromettant n’avait été trouvé, contrairement à ce qu’avait allégué Supam Export Ltd, explique-t-on.