Dans son homélie prononcée hier soir lors de la messe pour commémorer le 157e anniversaire de la mort du Père Laval le cardinal Maurice Piat a fait clairement ressortir les appréhensions et la détresse de la population face à la situation économique très difficile et remplie d’incertitudes découlant de la pandémie. « Enn sitiasion kot nou pe soufer, nou pe trakase devan bann insertitid, bann insekirite. Se enn epidemi kipe destabiliz nou …» s’est-il appesanti sans détour au début de son sermon. Et, selon le cardinal, la population est en quête d’une note d’espérance dans la conjoncture actuelle, d’où le thème de ce pèlerinage 2021 – « Per laval montre nou chemin lesperans » – qui donne une indication de l’état d’esprit des Mauriciens et de leurs attentes.

« Devan sa kriz ekonomik ki devan nou, nou pe dir Per Laval montre nou chemin lesperans. Ce n’est pas qu’un thème c’est un cri qui sort du profond de nous-mêmes ! », dira l’évêque de Port-Louis. Il a réitéré encore une fois hier et sur un ton appuyé son appel à la nécessaire solidarité et d’entraide d’une manière très concrète entre tous les groupes de la population dans le contexte difficile. « Dans une situation de crise nous devons être solidaires », a-t-il souligné, ajoutant qu’il est inconcevable que chaque individu demeure «  sakenn so kote ». « Napa kapav sakenn get zis so lintere e se ki bon pou li. Se ansam ki nou kapav sorti debout dan sa kriz-la avek enn dignite et avek enn fierte », a-t-il lancé.
Le cardinal a alors dressé un parallèle entre la situation difficile dans laquelle se trouvait la population à l’époque du Père Laval et le contexte actuel. « Les gens étaient très pauvres et sans compter les graves maladies qui affectaient aussi la population. Il y a eu par exemple l’épidémie de choléra. À cause de la misère les gens mouraient comme des mouches à Port-Louis », dit-il. Cependant, a–t-il poursuivi, les esclaves libérés ont fait confiance au Père Laval et ont mis en pratique ses enseignements axés sur la vie et les messages du Christ.
Maurice Piat a alors mis en exergue la fraternité, l’entraide et l’esprit du service gratuit qui ont prévalu au sein de la population et surtout parmi les plus pauvres à l’époque du Père Laval « Le Père Laval leur a appris comment s’occuper des malades et de ceux qui étaient dans les situations beaucoup plus difficiles. Bann dimounn ki ti ena an plis ti donn lezot. Les gens pauvres ont donné un coup de main énorme. Zot finn aport lesperans a bann dimounn ki ti dan enn gran detres, zot pa finn aport kamion divin, zot pa finn amenn kas, zot pa ti baron ladrog-zot …zot finn amenn lamour, lesperans et bann richesses spirituelles », a-t-il poursuivi.

Il ajoutera que c’est précisément la solidarité dont ont fait preuve les esclaves libérés qui a donné quelque chose de nouveau dans le pays à cette époque. « En vingt ans il y a eu un renouveau de l’Église à Maurice et de la société mauricienne. Petit à petit les anciens esclaves sont entrés dans le chemin de l’espérance que leur a montré le Père Laval. Au moment où le pays passait par une grave crise économique les esclaves ont donné de l’espérance à L’Ile Maurice », rappelle-t-il.

En développant le thème de l’espérance, l’évêque de Port-Louis a exhorté les Mauriciens à s’inspirer de l’exemple du Père Laval et des fidèles à cette époque. « Dans la situation difficile dans laquelle on se trouve aujourd’hui et face aux incertitudes nous avons besoin nous aussi de trouver un chemin d’espérance. Le chemin de l’espérance est un chemin de solidarité, d’entraide et de fraternité ». Cependant, a-t-il prévenu, « l’espérance n’est pas un cadeau de Noël arrivé sur un plateau. L’espérance implique une démarche et une action pour sortir d’une situation difficile. C’est quelque chose qui nous fait agir. Lesperans fer nou bouze».

Ainsi, le cardinal Piat a cité en exemple Lakaz Lespwar de Solitude et des initiatives de professionnel sous l’égide de l’ICJM favorisant l’encadrement des petits entrepreneurs face à la crise actuelle.

Cette messe traditionnelle du 8 septembre s’est déroulée en présence d’une jauge de cinquante personnes. Les deux seules personnalités politiques présentes hier soir étaient le ministre Joe Lesjongard et le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval. Le cardinal Piat était entouré de prêtres de la congrégation des Spiritains à laquelle appartenait le Père Laval. L’Évangile a été proclamé par le diacre Patrick Polidor, qui sera ordonné prêtre le 3 octobre prochain, en l’église Sainte Croix.