L’Association des Consommateurs de l’Ile Maurice (ACIM) réagit au communiqué du Central Electricity Board (CEB), demandant aux abonnés de se préparer à recevoir une facture plus élevée que d’habitude. Cela avait d’ailleurs été le cas l’année dernière, pendant le confinement. L’ACIM appelle à la compréhension dans un moment de crise économique et demande au CEB de maintenir une hausse uniforme de 10%.

Dans une lettre adressée au ministre des Utilités publiques, Joe Lesjongard, la semaine dernière, le secrétaire de l’ACIM, Jayen Chellum, rappelle que, l’année dernière, pendant le confinement, les factures d’électricité domestiques, avaient augmenté par 30% à 40%. Une situation qui, selon lui, ne relève pas du gaspillage mais bien d’une nécessité, à un moment où pratiquement tout le monde est à la maison. « Le communiqué du CEB dit, lui-même, que c’est le résultat d’un séjour prolongé à la maison. De plus, on sait que le Lockdown survient en plein été, où l’utilisation de ventilateurs et climatiseurs devient nécessaire, surtout lorsqu’on est enfermé à la maison. »

Raison pour laquelle il appelle à la compréhension des autorités. Surtout que depuis le dernier confinement, beaucoup de personnes ont perdu leur emploi ou se retrouvent avec des salaires réduits. L’ACIM demande donc au CEB d’appliquer une mesure qui pourrait être considérée comme sa contribution sociale dans un moment pareil. « Nous suggérons de maintenir la hausse à 10% et de l’appliquer sur la moyenne habituelle du consommateur. Par exemple, pour une famille, dont la facture d’électricité en moyenne pour les six derniers mois est de Rs 2 800, on ajoutera Rs 280. Ce qui fait un total de Rs 3080. »

L’ACIM rappelle également que, pendant cette période, ce sont les consommateurs résidentiels qui assureront les revenus du CEB, car beaucoup d’entreprises, qui d’habitude, contribuent à hauteur de 64% des revenus, sont fermées. L’association appelle donc à la compréhension, à un moment où il y a beaucoup d’incertitudes sur l’avenir.