« Cela fait deux semaines consécutives que nos questions sont massacrées », a déclaré le leader de l’opposition, Arvin Boolell, ce mardi, après avoir été expulsé de l’hémicycle lors de la deuxième Private Notice Question (PNQ) sur l’affaire Angus Road.

Arvin Boolell, rencontrant la presse « pour la troisième fois » sur le pavé de l’hôtel du gouvernement, a soutenu que le bureau du Speaker avait « retiré l’essentiel de ma question où il est fait mention d’offenses contre les provisions de blanchiment d’argent ».

Arvin Boolell a remis à la presse les reçus qui feraient état d’achats immobiliers à Angus Road. Des documents qu’il prévoyait de déposer à l’Assemblée nationale ce mardi.

Le leader de l’opposition avait, au total, 19 questions à ce sujet.

« La dernière fois, le Premier ministre s’est caché derrière l’ICAC et l’immunité parlementaire », a souligné Arvin Boolell, ajoutant qu’il voulait savoir, ce mardi, si la police avait entamé une enquête sur l’affaire Angus Road.

Pour le leader de l’opposition, la décision du Speaker « permet au Premier ministre de rester silencieux » et « ce silence le culpabilise davantage ».

« Le PM ne peut éternellement ce cacher derrière l’immunité parlementaire », devait-il ajouter.

Pour rappel, le Speaker a affirmé avoir « le droit de finaliser » la question du leader de l’opposition en apportant des amendements à la PNQ.

Le leader de l’opposition souhaitait savoir, concernant l’achat d’un terrain à Angus Road : si la police avait initié une enquête et d’après la plainte de qui; si une offense relative au délit de « Money Laundering for making cash payment in excess of Rs 350 000 » ferait l’objet d’une investigation; quand, à qui et comment le paiement pour ce terrain avait été effectué.