Le chef de file du groupe parlementaire travailliste au Parlement, Arvin Boolell, a fait hier une virulente sortie contre la Gambling Regulatory Authority (GRA). « Nous avons toujours dit qu’il faut casser l’axe GRA, le blanchiment d’argent et la mainmise sur les courses hippiques », dit-il, ajoutant : « la GRA devrait agir comme un régulateur, et non pas comme un opérateur. Il n’est pas étonnant que l’Integrity Reporting Services Agency ait fait une sortie en règle contre l’ICAC dans la lutte contre les trafiquants. »
D’autre part, Arvin Boolell estime qu’on ne peut octroyer toutes les licences à un seul opérateur sans qu’il honore ses obligations vis-à-vis de la Mauritius Revenue Authority. Il s’est ainsi dit convaincu que « si nous sommes sur la liste noire de l’Union européenne (UE) et de la Grande-Bretagne, et sur la liste grise de la FATF, la GRA en est largement responsable ».

Arvin Boolell a indiqué qu’aussi bien la FATF que l’UE sont en présence du rapport de la commission d’enquête sur les courses hippiques présidée par M. Parry. « C’est à la demande de Jean-Michel Giraud, alors président du Mauritius Turf Club (MTC), que le Premier ministre d’alors avait décidé d’instituer une commission d’enquête sur le déroulement des courses, sur les politiques d’infiltration et le blanchiment d’argent sur les courses hippiques », a-t-il dit, tout en citant de larges extraits de ce rapport.

Il considère en outre que « grâce à la GRA, les courses hippiques sont devenues une solution facile pour le blanchiment d’argent ». De plus, estime-t-il, « SMS Pariaz a bénéficié d’un traitement de faveur de la GRA et n’est pas contrôlé par la MRA ». Et d’ajouter : « La loi GRA a été taillée sur mesure pour protéger une personne. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, ainsi que son bureau doivent éclairer la population sur ces manipulations. »

Poursuivant son intervention, il s’est demandé « pourquoi on a tout fait » pour empêcher que le nouveau Chairman du MTC obtienne sa Personal Management Licence (PML) et « combien de temps cette politique de harcèlement contre le Chairman continuera ».
Au chapitre de la pandémie de COVID-19, Arvin Boolell a dit souhaiter que le Premier ministre fournisse « toutes les informations » concernant le nombre de ressortissants indiens arrivés à Maurice via Paris ou Londres. Selon lui, le ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, ainsi que le Dr Zouberr Joomaye « ne peuvent plus continuer à berner la population en refusant de publier les résultats des analyses des échantillons de virus ».
Intervenant à son tour, Fabrice David a exprimé ses sympathies à la famille d’Antoine José Capiron, porté disparu en mer le week-end dernier au large de Poudre-d’Or. Il s’est par ailleurs demandé si les pêcheurs « avaient été informés du tremblement de terre, qui a occasionné de grosses vagues » en mer.

Il a souligné à ce propos la nécessité pour les pêcheurs d’installer un “digital certificate” sur leur téléphone, et ce, « de manière à rester en permanence en contact avec les autorités et être au courant de la situation en mer ». Selon lui, « il faut s’assurer que les pêcheurs disposent de tous les équipements de sécurité nécessaires lorsqu’ils partent en mer ».