Pravind Jugnauth (Photo d'archives)

Dans une communication à la presse émise hier après-midi, le ministère de la Santé et du Bien-Être a réagi « à des propos infondés et erronés, annoncés lors d’un rassemblement public à La Louise, Quatre-Bornes, le dimanche 31 janvier 2021 ». Le ministère note que les propos énoncés sous-entendent que « feu M. P. Kanakiah aurait été impliqué dans l’exercice d’achat d’équipements médicaux pour lutter contre la COVID-19 ».

Le ministère de la Santé et du Bien-Être a précisé que feu M. P Kanakiah était employé en tant que Procurement & Supply Officer/Senior Procurement and Supply Officer au ministère des Finances, du Plan et du Développement économique et qu’il était rattaché au ministère de la Santé depuis le 21 janvier 2013. Il était affecté à la Government Analyst Division, à Réduit, et est resté en poste jusqu’au 9 décembre 2020. Il portait de même assistance de façon exclusive aux General Stores du ministère, où il s’occupait de la mise à jour des Stores Ledger. Il s’occupait de cette tâche pendant deux demi-journées hebdomadaires durant la période s’étalant du 7 juin 2017 au 31 janvier 2019. Feu M. P. Kanakiah ne s’est pas présenté au siège du ministère pendant la période de confinement national, soit du 20 mars au 31 mai 2020.

Le secrétaire financier avait donné son aval pour que M. P. Kanakiah change d’affectation, de la Government Analyst Division à la Central Supplies Division, à compter du 14 septembre 2020. Toutefois, suite à une requête du Chief Government Analyst d’alors, le ministère de la Santé avait donné son accord pour que M. P. Kanakiah reste à son poste initial à la Government Analyst Division pour une période additionnelle de quatre mois. M. P. Kanakiah devait ainsi prendre ses fonctions à la Central Supplies Division à compter de février cette année.

Le ministère précise de plus que M. P. Kanakiah n’a, « à aucun moment », été concerné, d’une quelconque façon, par la procédure d’achats d’équipements médicaux pour lutter contre la COVID-19. P. « Kanakiah n’a jamais été concerné par les procédures d’achat du ministère et cela à aucun moment de sa carrière. » Dans un autre ordre d’idées, le ministère de la Santé souligne qu’il est « absolument faux » de dire que les hôpitaux de l’île ne sont pas équipés en respirateurs artificiels. « Nous disposons d’un nombre adéquat de respirateurs artificiels, conformes et répondant aux besoins spécifiques de chaque établissement. »

En conclusion, le ministère de la Santé et du Bien-Être trouve que « les propos exprimés lors du rassemblement public du 31 janvier dernier, à Quatre-Bornes, sont hautement préjudiciables, faux et dangereux » et se réserve « le droit d’entamer des poursuites judiciaires contre les auteurs de ces propos imprudents ».