- Publicité -

CSG Income Allowance de Rs 1,000 : XLD demande que l’allocation soit étendue

Les dirigeants de l’Entente de L’Espoir, Xavier-Luc Duval, Paul Bérenger et Nando Bodha, étaient face à la presse ce samedi, 3 décembre, à l’hôtel Labourdonnais, à Port-Louis. 

- Publicité -

Le leader du PMSD a fait une demande spéciale au gouvernement afin que l’allowance du CSG de Rs 1000 ne soit pas aboli en juin prochain. Au cas contraire, cela aura un effet « désastreux sur l’appauvrissement de la population », a déclaré Xavier-Luc Duval.

 

Pour le leader du PMSD, la vérité concernant la compensation salariale, dévoilée durant la semaine, est que la grosse majorité des Mauriciens se retrouveront plus pauvres en 2023 qu’en 2022.

« L’inflation officielle est de 10.7 %. Celle-ci est beaucoup plus forte que d’autres îles du sud en raison de la dépréciation de la roupie depuis les dernières élections. La roupie a déprécié de plus de 40% vis-à-vis du dollar. Ce qui a eu un effet dévastateur au niveau des prix et sur le pouvoir d’achat des Mauriciens. Par ailleurs, sur le marché international, le prix brut de l’essence continue de chuter. À Maurice, le prix de l’essence est exagéré », a fait ressortir ce dernier.

Il avance également que depuis le début de l’année, les réserves en devises étrangères de la banque de Maurice ont baissé par deux milliards de dollars. « Nous tirons nos propres conclusions sur la capacité de la BOM à lutter pour la préservation de la roupie », a-t-il ajouté.

Commentant la situation de l’eau à Rodrigues, Xavier Duval demande au Gouvernement une aide urgente et spéciale pour la population de l’île. Les stations de dessalement sont en opération à seulement 40 %.

Paul Bérenger du MMM est, quant à lui, d’avis qu’« il y a eu une érosion du pouvoir d’achat dû à l’inflation et à la dépréciation de la roupie ».

Concernant la grève de la faim de Nishal Joyram, le leader des mauves dénonce le fait que le gouvernement « fait le mort et que leur façon de faire est inhumaine ».

Nando Bodha du Rassemblement Mauricien a, pour sa part, critiqué la gestion actuelle de la force policière. Il déplore ainsi « l’anarchie qui règne au sein de la police ».

« Il faut de l’ordre et de la discipline à l’intérieur de la police. Avec le Commissaire de Police en place, la situation est devenue pire. Il doit impérativement se ressaisir et prendre les décisions qui s’imposent », a soutenu Nando Bodha.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour