Dans un message diffusé sur sa page Facebook hier, le leader du Parti travailliste (Ptr), Navin Ramgoolam, a exprimé ses remerciements « à tous ceux qui m’ont soutenu durant ces moments difficiles ».

Il a d’entrée de jeu cité un médecin de Dublin, le Dr Thompson, qui avait l’habitude de dire à tous les étudiants en médecine, dit-il : « La maladie n’existe pas. Il y a des êtres humains qui souffrent de maladies. » Navin Ramgoolam estime en effet que « le pouvoir de

la pensée peut vous causer soit la maladie, soit vous permettre de vous rétablir ».
Avec son épouse, Veena, il se dit « profondément touché par l’amour et le soutien manifesté pendant ces moments difficiles par toutes les personnes qui ont prié et envoyé des pensées positives » pour son rétablissement. « Un mot personnel de remerciement et de gratitude de Veena pour tous vos messages personnels d’encouragement », ajoute-t-il.
Il remercie également les Drs Noor Abasakoor et Keser Pillai, les deux médecins qui lui ont conseillé de se faire admettre. « J’ai ensuite été transféré à Welkin et pris en charge par un personnel infirmier dévoué et l’équipe médicale, dirigée par le Dr Subir Das avec les Drs Ramprakash Reesaul, Noor Abasakoor, Keser Pillai et Oumesh Shamloll. Le Dr Farad Aumeer, qui coordonnait avec les autorités, faisait partie de ceux qui m’ont convaincu de me rendre en Inde pour me faire soigner », écrit-il.

Il poursuit : « Mes sincères remerciements aussi à Son Excellence K.N Singla et à son équipe ainsi qu’au bureau du Premier ministre pour avoir aidé et facilité mon évacuation vers l’Inde. (…) Un merci spécial aussi aux Drs Subir Das, Pritising Bossoondyal et Elavarasan Narayanan, qui m’ont accompagné sur le vol de Maurice à Delhi. »

« J’étais dans un très mauvais état quand j’ai atteint l’AIIMS Delhi, avec à la fois le Covid-19 et une sévère pneumonie ! Grâce au dévouement, à l’expertise et au professionnalisme des Drs Guleria, Neeraj, Soni, Moorty, et à un suivi 24/24h par leur personnel, ils ont réussi à renverser la situation. Le traitement post-Covid a également été un facteur très déterminant », continue Navin Ramgoolam. Il conclut en affirmant qu’il est non seulement « heureux et soulagé d’être de retour à la maison avec Veena », mais aussi de retrouver son chien Orion, « qui n’arrêtait pas de faire du bruit pour m’accueillir tout en remuant la queue avec tant d’affection ». Et de lancer : « Home sweet home ! »