“SAJ était PM alors que moi-même, Ragini, ma femme, Soeur Maude et le Père Friquin, et d’autres, nous suivions notre formation auprès des Italiens qui ont lancé le Projet Homme et le Centre de Solidarité, que nous allions répliquer, à Maurice. Il a fait preuve d’un engagement à toute épreuve dans la lutte contre la drogue »

« C’était en 1985. Il était venu à Rome, où se trouvait également Monseigneur Margéot, qui y était pour sa cérémonie d’élévation comme Cardinal. Quand les Italiens ont vu SAJ s’entretenir avec nous, les travailleurs sociaux en devenir, les Italiens ont été fortement impressionnés ! Outre sa visite personnelle, nous l’avions aussi croisé à une réception qu’il avait donnée en l’honneur du cardinal Margéot.

J’avais 30 ans à l’époque. Quand nous sommes rentrés à Maurice, après notre formation, nous avons eu le soutien total de l’état et l’appui de SAJ. Il se démarquait par son acharnement à combattre le trafic de drogue, tout comme il se montrait sensible aux drames humains des victimes. Nous étions alors fortement impressionnés. Il envoyait un signal très fort à ceux qui, comme moi, souhaitent éradiquer la drogue de notre pays.
Nous pensions voir la lumière au bout du tunnel… Ce sentiment a été renforcé dans le sillage de la Commission Rault, quand nombre de gros bonnets du trafic de l’époque ont été envoyés en prison ! Nous présentons nos vives sympathies à sa famille et nous sommes en unité de prière avec eux, pour que son âme repose en paix.”