Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, s’est attardé sur les amendements à 70 textes de loi dans le Finance (Miscellaneous Provisions) Bill. Selon lui, ces modifications permettront la reprise et le développement économiques du pays, en particulier dans le contexte de la crise liée à la COVID-19.

Pravind Jugnauth avance que son gouvernement a pris l’engagement de mettre en œuvre les dispositions budgétaires pour protéger les moyens de subsistance et se préparer à la reprise économique. Et de rappeler que Maurice a fait face à une situation difficile en raison de la COVID-19 et que le pays se remet de la situation graduellement. Selon lui, cette initiative doit être soutenue par une adaptation continue du cadre légal et réglementaire ainsi que des institutions fortes.

Le Premier ministre indique que ce projet de loi ne permettra pas à la pandémie du nouveau Coronavirus de mettre Maurice à genou. « COVID-19 a impacté et continuera à impacter notre économie, affectant tous les secteurs de notre économie. D’ailleurs, j’ai présidé un High Level Committee pour faire avancer tous les projets privés dans le pays. Le comité a approuvé 53 projets au coût de 66 milliards de roupies. Ces projets seront mis en œuvre durant les prochains cinq ans et concernent les secteurs pharmaceutique, manufacturier et éducatif, entre autres. La réalisation de ces projets sera supervisée de près par le gouvernement », poursuit-il.

Le Finance (Miscellaneous Provisions) Bill, ajoute-t-il, compte plusieurs mesures pour améliorer l’environnement de travail à Maurice et consolider le cadre réglementaire de la bonne gouvernance. De plus, plusieurs amendements ont été apportés dans ce projet de loi, notamment l’établissement d’une Credit Scoring Agency à la Banque de Maurice alors que le Corporate and Business Registration Department sera converti en Central Repertory pour les permis de commerce. Pravind Jugnauth soutient que le coût des affaires sera revu à la baisse car il n’y a plus de frais d’application aux autorités locales pour le Building and Land Use permit. Des amendements seront aussi apportés à la Non Citizen Property Restriction Act 1975, pour empêcher l’acquisition des propriétés sans approbation du Premier ministre et à la Civil Status Act, notamment avec pour objectif de prévenir les « fake mariages ».

Le gouvernement compte aussi consolider le Muslim Family Council en recrutant un nouveau vice-président. Il fait ressortir que des amendements seront apportés à l’Immigration Act entre autres règlements concernant les permis de résidents, de travail, d’occupation. Il estime qu’il s’agit là d’une manière d’attirer des étrangers à Maurice, notamment pour des investissements, ce qui générera de  l’emploi pour les Mauriciens. Et d’avancer que l’amendement pour étendre la durée des permis de trois ans à dix ans n’aura aucun impact négatif sur Maurice ou les habitants.

Au chapitre sportif, le Premier ministre indique qu’une Sports Commission a été instituée et que quatre membres sur six ont déjà été recrutés. « La commission a déjà commencé à travailler pour atteindre ses objectifs, notamment le développement et la mise en pratique d’une feuille de route claire pour l’intégration du sport business en tant que nouveau pilier de l’économie de Maurice. Parmi ses priorités, on trouve le développement du Côte d’Or Sports Complex pour attirer des évènements sportifs majeurs, entre autres », estime-t-il.

Au sujet des amendements à la Gambling Regulatory Authority Act, Pravind Jugnauth souligne que la « Limited Payout Machine » n’est pas une « gaming machine ». Il précise que ces machines sont dotées de multiples fonctions et qu’il s’agit de soft games, qui n’ont rien à faire avec les jeux dans les casinos ou autres maisons de jeu.  Quant à l’amendement en rapport avec le Mauritius Standards Bureau, le Premier ministre précise qu’il ne dispose pas de l’expertise spécialisée dans les machines de « soft games ».