- Publicité -

MMM : l’oxygène ramené de La Réunion « produit et exporté par… Maurice »

L’oxygène que Maurice a été chercher en urgence à La Réunion, jeudi soir, proviendrait de… Maurice ! Face à la presse hier matin, le leader du MMM a avancé que l’oxygène nécessaire actuellement pour faire face aux besoins dans des hôpitaux est produit et exporté à La Réunion
par Maurice.

- Publicité -

“Je suis bouleversé”, a répondu Paul Bérenger à une question de la presse sur la situation sanitaire qui prévaut dans le pays. Acerbe dans ses critiques à l’égard du ministre de la Santé, Kailesh Jagutpal, “infecte, mesquin, un danger public et incompétent”, le leader du MMM a déclaré : « L’incompétence tue ces jours-ci à l’île Maurice ! » Il a déploré avec force l’absence de mesure dans le transport public pour briser la chaîne de transmission du Covid-19. « Sa zafer transpor-la revoltan ! Ganoo, komie mor li pou gagne lor so konsians ankor ? Je ne suis pas un expert, mais je suis certain que le transport public est une des raisons principales de la multiplication des contaminations. Li (ndlr : le ministre du Transport Alan Ganoo), li get zis so CNT. Zot pe fer krim vizavi Moris », a affirmé le leader du MMM.

Ce dernier s’est aussi dit « choqué » de voir que Maurice a dû se tourner vers l’île sœur pour s’approvisionner en oxygène. Pire, l’oxygène sollicité serait « produit et exporté vers l’île de La Réunion par… Maurice ! » a-t-il avancé. “Voilà ce qui se produit quand on donne des contrats à des petits copains pour produire de l’oxygène !” s’est exclamé le leader du MMM.

Attention à un variant
plus
dangereux !

Paul Bérenger a donné raison au leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, d’avoir adressé une question relatives aux mesures après les nombreux décès liés au Covid-19 au Premier ministre, Pravind Jugnauth, au lieu de son ministre de la Santé, au Parlement vendredi. “Mais le Premier ministre a fui devant ses responsabilités” en laissant à Kailesh Jagutpal le soin de répondre au leader de l’opposition, a déclaré Paul Bérenger. Il a aussi relevé les chiffres contradictoires sur le nombre de décès dans le monde avancés par, d’une part, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et, d’autre part, Le Monde et The Economist, deux publications hautement crédibles, a-t-il précisé. Tandis que l’OMS,“obligée de se contenter des chiffres qui lui sont envoyés par les pays”, annonce 5 millions, Le Monde et The Economist parlent de 17 millions de morts. “Ces chiffres sont effrayants”, a dit Paul Bérenger.

S’agissant de la vaccination contre le Covid-19, le leader des mauves a évoqué un constat désolant, voire dérangeant, avancé par l’OMS elle-même. Notamment moins de 5% de la population des pays pauvres ont été vaccinés, tandis que les pays riches procèdent actuellement à l’inoculation de la troisième dose à leurs populations. Par ailleurs, reprenant une crainte émise par le Dr David Nabarro — envoyé spécial de l’OMS pour le coronavirus — à l’effet que la « troisième dose en grande quantité à travers le monde peut entraîner l’émergence d’un nouveau variant plus dangereux que le Delta », Paul Bérenger souhaite qu’il y ait plus d’éclaircissements, “enn meyer guidance”, sur la booster dose.

Chagos : l’Inde
sollicitée

L’Inde s’étant rapprochée de la Grande-Bretagne ces derniers temps et faisant partie de l’alliance Quadrilateral Security Dialogue avec les États-Unis, l’Australie et le Japon, Paul Bérenger a plaidé pour que la Grande Péninsule intervienne en faveur de Maurice sur la souveraineté des Chagos. “Le rapprochement entre l’Inde et la Grande-Bretagne, y compris avec les États-Unis, est tel qu’il est dit que des navires de guerre indiens font le va-et-vient à Diego Garcia”, a expliqué Paul Bérenger. Et au nom des relations privilégiées ente Maurice et l’Inde, le pays devrait selon lui demander à son partenaire historique de l’aider à débloquer la situation sur la question de souveraineté. Le leader du MMM a formulé cette proposition après avoir commenté la rencontre entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et son homologue britannique, Boris Johnson, ainsi que la nouvelle ministre des Affaires étrangères de la Grande-Bretagne sur les Chagos. Paul Bérenger s’est dit étonné du silence de Pravind Jugnauth sur ses échanges avec Boris Johnson. “

COP 26 :
un échec, mais…

Ce n’est pas dans ses habitudes. Li kontan fer long-long statement pou pa dir nanie. Cependant, la population a le droit de connaître le contenu de la discussion sur les Chagos et Diego Garcia, et ce que fera le pays. Mais ni mardi et hier (ndlr : vendredi) il n’a fait de statement. Par contre, la présentation du Criminal Code Amendment Bill, mardi prochain, est intrigant. Cette loi cible avant tout la Grande-Bretagne, même si elle s’applique à n’importe quel pays ou individu qui conteste la souveraineté de Maurice sur les Chagos, Tromelin, etc.” Avec la présentation du Criminal Code Amendment Bill, le MMM s’attend que le Premier ministre s’exprime sur la teneur de sa discussion avec Boris Johnson, mardi prochain.

Le MMM, a expliqué, Paul Bérenger ne conteste pas le Criminal Code Amendment Bill, d’autant que, selon lui, le gouvernement s’était ridiculisé avec la première version de la loi en 2020. Il a expliqué que la première version de la loi stipule qu’aucun pays ou individu ne peut remettre en question la souveraineté de Maurice, “unless he proves he acted with the express approval of the government of Mauritius.”

La dernière Conférence sur le changement climatique (COP26) à Glasgow a été un échec, a avancé le leader du MMM. Paul Bérenger s’est expliqué sur ce point. “Alors que, l’objectif de la COP26 était de maintenir le réchauffement climatique sous 1,5°C, il est clair que malgré les engagements pris et que même si ceux-ci sont effectivement respectés, nous n’y parviendrons pas. Nous dépasserons même les 2°C. C’est dans cette optique que la COP26 a été un échec. » Toutefois a-t-il souligné, la décision prise à Glasgow de ramener la révision des engagements sur une base annuelle au lieu de chaque cinq ans est un élément positif de la COP 26.

“Si nous tous et les gros pollueurs faisons un effort, la possibilité de maintenir le réchauffement climatique sous 1,5°C existe encore. Quant au financement, les pays riches avaient comme on le sait pris l’engagement de donner USD100 MD aux pays pauvres pour réaliser des développements liés à l’environnement. Mais s’ils ont donné USD 75 MD voire USD 80 MD, les USD 100 MD n’ont jamais été atteints. Mais lors de la COP26, ils ont fait la promesse de doubler ce fonds. Les Petits États insulaires ont aussi réclamé des fonds en prévision des losses and damages. Mais zéro ! Il faudra revenir à la charge l’année prochaine en Égypte.”

Pour la première fois, at-il souligné, il y a eu des références au charbon et au pétrole lors d’un tel sommet. Et de regretter la mauvaise performance des Petits États insulaires, en conflit, à la COP26.

Le KM au Parlement compromis

D’autre part, le MMM, qui a réitéré le recours à la justice pour contester l’anticonstitutionnalité de certaines sections de la Cybercrime Act, adoptée vendredi soir, est d’avis qu’il aurait fallu “instituer un select committee avec les parlementaires des deux côtés de la chambre, sous la présidence du ministre de tutelle, pour arriver à un consensus sur les ambiguïtés et exagérations présentes dans la loi.” Le parti a aussi critiqué l’inélégance du Speaker, Sooroojdev Phokeer, pour son absence de l’Assemblée sans explications.

Le MMM a également tenu à féliciter la nouvelle chef juge, Rehana Mungly-Gulbul, et la Senior Puisne Judge, Nirmala Devat. La nomination de deux femmes à la tête du judiciaire est historique, a fait ressortir Paul Bérenger. Ce dernier, qui commentait l’utilisation du kreol morisien (KM) au Parlement, s’est insurgé contre le désintérêt du gouvernement MSM sur l’entrée de la langue maternelle de la majorité des Mauriciens à l’Assemblée. « Selon mo ransingnman, pa pe donn mwayin bann komite exper liniversite pou zot fer zot travay », s’est insurgé Paul Bérenger. Il a rappelé qu’en 2016, répondant à une question du député Franco Quirin, sir Anerood Jugnauth avait été catégorique : « As far as I am concerned, I will never accept to introduce kreol in the National Assembly. »
À propos des compensations après le naufrage du MV Wakashio, le MMM a condamné le « vilain rôle du Japon », en l’occurrence les assureurs qui ont logé une plainte en cour cette semaine sur le paiement des réclamations. Le parti a, au passage, blâmé le ministre Sudhir Maudhoo pour son ignorance sur cette action des Japonais.

Abordant l’unité de l’opposition, Paul Bérenger a avancé que la plateforme de l’Espoir maintient ses positions sur cette question, et ce, « tout en prenant note des déclarations de Navin Ramgoolam » sur les ondes d’une radio privée. Le leader du Parti travailliste, qui intervenait dans une émission, était resté évasif sur un rapprochement entre les rouges et le MSM.

Paul Bérenger a toutefois rappelé que si la plateforme de l’Espoir reste ouverte à l’unité de l’opposition, elle n’est pas prête à accepter n’importe quelles conditions.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour