« Le système du National Pension Fund (NPF) a accompli son objectif, mais ses risques sont clairs. » C’est ce qu’a estimé le ministre du Transport, Alan Ganoo, intervenant mardi soir sur le Social Contributions and Social Benefits Bill à l’Assemblée nationale. L’occasion aussi pour lui de démontrer « l’importance » d’un nouveau projet de loi pour remplacer le NPF.

« Le système du NPF est à risque. Il faut qu’on soit clair et honnête envers la population. Ce système a rempli son rôle, mais son avenir est sombre », avance le ministre. Pour étoffer ses arguments, Alan Ganoo a cité quelques rapports mondiaux où le problème de la pension est évoqué. « La pension est un problème mondial, et Maurice n’est pas épargnée », dit-il. Du fait de la situation, « qui devient inquiétante pour le NPF », il estime qu’il se peut que ceux ayant contribué à ce fonds de pension n’ait « aucun sou à la fin de leur carrière », sauf « si le gouvernement intervient », dit-il.

Face à ce problème, il est d’opinion que la Contribution sociale généralisée est « la meilleure formule pour garantir la pension de chaque personne partant à la retraite ». Il est ainsi revenu sur certains « avantages » du Social Contributions and Social Benefits Bill, évoquant notamment une compensation aux employés du secteur privé en cas de blessures.

Alan Ganoo a aussi saisi la balle au bond pour répondre aux arguments du député de l’opposition Reza Uteem, qui avait critiqué le projet de loi. Il a ainsi accusé ce dernier de « n’avoir pas dit toute la vérité sur le jugement de la Cour suprême » sur la CSG. Le ministre ajoute également que la cour « n’a jamais statué que le gouvernement n’avait pas le droit de présenter un tel projet de loi ». Pour lui, le Social Contributions and Social Benefits Bill est « l’une des réformes les plus déterminantes dans la société actuelle ».