Le chef de file du Parti travailliste (PTr) au Parlement, Arvin Boolell, a affirmé que « marsan ladrog ena proksimite ek pouvwar ». Selon lui, le gouvernement en place « est en train de faillir » dans le combat contre le blanchiment d’argent. « Sa gouvernman-la inkapab konbat blansiman larzan. Kan koz blansiman larzan koz lax ladrog lapes ilegal, dan kasino ek dan lekours. Pli bokou deviz pe kit Moris ki pe rantre. Komersan pe penalize », a-t-il déclaré.

Commentant la saisie des 300 kilos de drogue à Pointe-aux-Canonniers avec l’opération Super Cargo, Arvin Boolell a dit ne pas comprendre comment les compagnies des trafiquants de drogue sont en train de faire des pertes mais sont en possession de devises étrangères. « Atraver SME Equity gouvernman finn vinn aksioner ek bann konpani paravan. Deryer sa bann konpani-la ena problem ladrog », a-t-il déclaré.

« Ke se swa FIU, IRSA, MRA, zot tou finn size a kritik FATF pou mank kordinasion ek riger », a déclaré Arvin Boolell. Il a déploré « des liens incestueux » entre les barons de la drogue et certains au sein de la force policière. « Komie ladrog inn rantre apre rapor Lam Shang Leen ? Ki ariv lanket lor ladrog ki ti gagne dan traktopel ? Marsan ladrog ek trafikan pe fer fortinn », a-t-il dit.

Arvin Boolell avance que le réseau du trafic de drogue opère à partir du port. « Eski zot log book verifie kouma bizin ? Bann pwason Buy Catch pe debarke san kontrol. Ki manier ena bato kapav koste ek Moris koumsa ? National Coast Guard bizin azir pli vit. Malerezman li pa pe fer so travay kouma bizin ek pa fonksione », a-t-il déclaré. Il a aussi pointé du doigt les proches du pouvoir, qui « azir koumadir lalwa pa exziste ek ena akse partou ». « Bann frer Gurroby nou konn zot proksimite ek papa minis Callichurn. Nou tou kone ki manyer zot aplikasion in process an vitess. Minis Maudhoo pa kapav res trankil », a-t-il laissé entendre.

«… monopol a misie Lee Shim »

Il a aussi commenté la situation entre la GRA et le Mauritius Turf Club. « Kan Gulbul ti prezidan GRA, li ti trouve ki Beekarry fode ena minmiz total lor Gambling Regulatory Authority. Mo dir selwi ki pe azir kom Chairman, Misie Dabidin ek tou so bann manb, res lwin ek misie Beekarry parski li ena enn lefe malefik lor GRA », avance-t-il au sujet de la GRA et du conflit avec Jean-Michel Giraud, président du Mauritius Turf Club. « Ki dimounn per an sitiasion difisil ? Finance Act 2019 finn donn monopol a misie Lee Shim. Get bann fasilite ki SMS Pariaz inn gagne. Li gagn clearance lapolis san problem. Li gagn bann exposure privilezie. Li pena live connection ek MRA. Bann exper dir ou ena bann kiksoz lous ki kapav arive. Sa lax-la kre par le MSM ek se lepep ki pe ankourir fre. Pe rod kre Côte-d’Or ipodrom. Ena enn lax ant pouvwar ek mafia », a-t-il ajouté.
Par ailleurs, Stéphanie Anquetil a affirmé qu’elle a envoyé un e-mail au Speaker de

l’Assemblée nationale, Sooroojdev Phokeer, au sujet du juron qui a été entendu par les téléspectateurs de la Parliament TV Channel pendant les débats sur le Mental Health Care (Amendment) Bill. « Mo finn avoy enn emel pou sekiriz recording ek evit manipilasion de la video ki pou servi. Pou bizin determinn ki sann kinn itiliz enn tel vilgarite dan Parlman. E pou bizin dimounn sansksion serye », a-t-elle déclaré.
Selon elle, la ministre Kalpana Koonjoo-Shah est en train de nier avoir tenu un langage vulgaire, mais accuse l’opposition de manipulation. « Vites sa video-la inn sirkile, li inposib pou fer manipilasion. Lor ki li baz li pou dir sa ? Mo pa konn oken madam vilger dan lopozision. Ena kat, Joanna, Arianne, Karen ek mo mem. Li pa dan nou kiltir », a-t-elle avancé.

Autre intervenant, le député rouge du No 5, Ranjiv Woochit, a déploré « le manque de réaction » des autorités compétentes par rapport aux problèmes d’accumulation d’eau dans le nord. « Bizin travay ek enn plan. Pa kapav res fer firefighting ale mem », a-t-il soutenu.
Quant à Michaël Sik Yuen, il a critiqué les autorités qu’il accuse de ne pas pouvoir donner d’indications sur le « way-forward » par rapport à la réouverture des frontières, « gardant les grands et petits opérateurs du secteur du tourisme dans le flou ».