Le Deputy Prime Minister et ministre du Tourisme, Steven Obeegadoo a souligné qu’il a « un sentiment mitigé du fait d’avoir à soutenir une législation demandant le renvoi des élections municipales », mais dit toutefois qu’en raison du risque que représente l’organisation des élections en cette période difficile et pleine d’incertitude, il reste toutefois « serein ».

Steven Obeegadoo a expliqué que, durant sa carrière au sein du MMM, il avait, comme tous les militants, défendu l’importance de la tenue régulière des élections d’une part, et d’autre part, la nécessité d’accepter le verdict des urnes, « contrairement au Ptr qui avait pour coutume de contester les élections ». Il a expliqué qu’aujourd’hui il a « le cœur brisé en voyant que l’indépendance et l’intégrité de la Commission électorale sont remises en cause par les partis de l’opposition ».

Le DPM a avancé que « ce n’est pas de gaieté de cœur que je voterai en faveur du renvoi des élections municipales », mais qu’il comprend que la pandémie a entraîné le pays dans une des crises sociétales les plus graves de son histoire, une des plus grandes crises économiques depuis celles qu’on a connues dans les années 1980s. « Le pays passe actuellement par une troisième vague », dit-il, rappelant que des pays plus riches et plus équipés ont connu une troisième vague, voire une quatrième. « La Covid-19 est un adversaire dangereux qui invente des variants », a-t-il souligné.

Steven Obeegadoo trouve qu’entre la fin de la première vague et mars de cette année, le pays avait connu « un véritable miracle ». Il poursuit : « La deuxième vague a fait prendre conscience au pays qu’il faut apprendre à vivre avec le virus. Pas plus tard que lundi, le pays a enregistré 11 nouveaux cas et on ne sait pas ce que demain sera fait. » Il a ainsi considéré que l’organisation des élections représente « un danger pour le pays », citant le cas de l’Inde, où le nombre de personnes contaminées a considérablement augmenté après l’organisation des élections.

Auparavant, Steven Obeegadoo avait réfuté les arguments avancés par les membres de l’opposition. « Certains étaient démagogiques », dit-il. Il a de même rejeté vigoureusement les accusations de certains parlementaires à l’effet que « la pandémie était mal gérée par le gouvernement ». Et de souligner que « le monde entier reconnaît que Maurice est le pays qui a le mieux géré le virus non seulement dans la région, mais en Afrique ». Par ailleurs, il considère que 20% de la population ont été vaccinés. La campagne se poursuivra avec l’arrivée de 500 000 doses de vaccins de Chine et que d’autres cargaisons sont attendues.