Le député de la circonscription No 1 (Grande-Rivière-Nord-Ouest/Port-Louis Ouest) Fabrice David a demandé à la Chambre de comptabiliser une minute de silence dans son discours en hommage aux dix personnes décédées de la Covid-19. Tout en saluant la mise sur pied d’une National Database sur la pauvreté, il a tenu à demander au Premier ministre de revoir le portefeuille de l’intégration sociale dans un contexte post-Covid-19. « Soyons pragmatique, car ce ministère est un gouvernement à lui seul. Je propose la recréation de ce ministère. Les candidats ne manquent pas pour occuper ce poste », a-t-il ajouté.

Il devait souligner que le National Empowerment Fund n’a « toujours pas de CEO » et que le budget ne fait pas mention du Plan Marshall. « Aux squatteurs qui s’agrippent aux espoirs, je souhaite sincèrement la réussite du gouvernement pour la construction des 12 000 logements sociaux promis. Je viendrai prochainement avec une question parlementaire pour Steven Obeegadoo sur les sites identifiés pour ces maisons et la date prévue pour le lancement de l’appel d’offres. Je demanderai au ministre du Logement de s’assurer qu’il n’y ait pas de terres occupées par les puissants ou les squatteurs “haut de gamme” dans le pays. La loi doit être la même pour tous. »

Évoquant ensuite le cas des pêcheurs, il a estimé que ceux-ci « ont beaucoup souffert ». Il poursuit : « Ils ont pu récupérer leurs casiers après six semaines dans un état lamentable. Pourquoi ont-ils été injustement traités alors que les planteurs et les éleveurs, eux, ont eu le droit d’opérer. Je lance une requête pour une aide financière afin de les compenser pour la remise en état de leurs casiers. »

Les artistes sont aussi « inquiets », selon lui, avec la fermeture des hôtels. « J’ai aussi été bouleversé par la souffrance des familles touchées par l’autisme. Avec pour conséquence la dépression et, dans certains cas, l’autodestruction. Je propose d’organiser une campagne nationale sur l’autisme et de construire un centre résidentiel à leur intention. On oublie trop souvent les enfants autistes. Je déplore plus particulièrement que le Disability Bill ait disparu de tous les radars du gouvernement. »