Comme annoncé par la vice-Première ministre et ministre de l’Education, Leela Devi Dookun, les élèves du préscolaire ont repris l’école depuis hier matin. Entre larmes et joies, les sentiments étaient mitigés pour ces retrouvailles après trois mois passés à la maison. Certains parents ont préféré garder leurs tout-petits encore deux semaines chez eux, en attendant la grande rentrée du 1er juillet pour tous.

L’école maternelle Bethléem, à Port-Louis, a retrouvé un peu de son animation habituelle ce lundi matin, avec la reprise des classes. Très tôt, les parents ont commencé à déposer leurs enfants, en passant par un protocole imposé par les autorités et l’école : pas d’accès en classe pour les parents, prise de température et désinfection des mains. Les larmes étaient aussi au rendez-vous en ce premier jour, après trois mois passés à la maison. Mais une fois à l’intérieur et les retrouvailles avec les amis et les éducatrices, la situation s’est améliorée. Pour d’autres, c’était la joie de retrouver l’école, à l’exemple de cette petite fille, qui est venue avec un dessin pour sa maîtresse.

Cette reprise des classes, confie Sylvette Paris-Davy, la directrice, marque également un retour aux normes, que les enfants avaient peut-être un peu oublié en restant avec les parents à la maison. « Il faudra leur donner le temps de retrouver les repères sécurisants et leur réapprendre les règles, les routines et les rituels. Les enfants sont restés à la maison avec les parents pendant tout ce temps et il faut maintenant replonger dans l’ambiance de l’école. »

Avec les conditions sanitaires strictes à observer, l’école Bethléem a dû mettre les bouchées doubles pour accueillir les enfants dans les meilleures conditions. « Tout le personnel, y compris les éducatrices et les femmes de service, se sont impliquées dans le nettoyage des salles. Nous avons procédé à la désinfection de tous les objets. Je suis reconnaissante envers un ancien parent qui est dans le domaine et qui est venu nous aider. De même, nous avons acheté quatre appareils pour pouvoir désinfecter les salles chaque après-midi. À cause de cela, nous ne pouvons garder les enfants après les classes pour le moment. »

Autre fait marquant : beaucoup de parents ont préféré garder leurs enfants à la maison pour encore deux semaines. Dans la plupart des cas, il y a d’autres enfants dans la famille qui reprennent l’école le 1er juillet. Les parents ont donc préféré que tous reprennent en même temps. « Je laisse la liberté aux parents de voir ce qui est le mieux pour eux. Les enfants reviendront quand ils seront prêts. » Ces deux premières semaines, ajoute Sylvette Paris-Davy, consisteront à préparer la réintégration après cette longue coupure.

Rappelons que, selon les statistiques de l’Early Childhood Care and Education Authority, on dénombre 24 000 enfants dans 859 institutions à Maurice.