Photo Polyeco

Un mois après le déversement d’huiles lourdes provenant du Wakashio, les opérations de nettoyage dans le sud-est de l’île sont bien avancées, indique la société Polyeco. Jusqu’à présent, la société a entrepris des travaux de réhabilitation sur 9,5 km de côtes dans cette partie de l’île.

Après l’achèvement de cette phase, la société bougera vers d’autres sites affectés le long de ce littoral. En effet, elle est responsable d’une zone s’étalant sur 17,6 km de côtes sur sept différents sites incluant Petit Bel Air, Rivière des Créoles, Mahébourg, Mouchoir Rouge, l’Île aux Aigrettes et Pointe Jérôme.

La société s’occupe en outre de l’entretien des barrages flottants. Depuis le début des opérations, elle travaille en étroite collaboration avec la communauté locale.

« Grâce à notre expertise dans ce domaine, Polyeco a offert une formation ainsi que des équipements de protection individuelle pour assurer la sécurité de tous ceux impliqués et le respect des normes environnementales qui encadrent ce type d’opération », a déclaré Kostas Chatzatoglou, Country Manager de Polyeco.

La compagnie a utilisé plusieurs techniques de nettoyage en fonction du type de littoral et du niveau de contamination. Au Mahebourg Waterfront, le nettoyage à haute pression a été privilégié après que les déchets contaminés aient été enlevés. Des opérations sont toujours en cours sur une zone de 300 m à côté du front de mer de Mahébourg et de 180 m de rivage autour de l’île Mouchoir Rouge.

Sur d’autres zones, en particulier celles où poussent des mangroves, l’entreprise utilise les méthodes de « flushing » et de « flooding » ainsi que des tampons absorbants. À Rivière des Créoles, région hautement contaminée, des débris et des algues marines mazoutés ont été ramassés sur une zone de plus de 1 200 m. De plus, environ 30 km de « boom » artisanal ont été récupérés en 7 jours près d’Anahita, et ce grâce à une équipe de 30 pêcheurs et de leurs superviseurs.