Polyeco, société spécialisée dans la gestion de déchets, livre 21 km de littoral propre au Sud-Est de l’île Maurice, à la suite des opérations de restauration post-marée noire du MV Wakashio, soit un mois avant la date prévue de janvier 2021. L’équipe de Polyeco a mené cette opération avec la contribution d’hommes et de femmes de Maurice mais aussi de volontaires locaux, qui ont travaillé sans relâche au cours des quatre derniers mois.

Ainsi, des sites emblématiques tels que Blue-Bay, Pointe-d’Esny, Preskil Hotel, Pointe-Jérôme, Mahébourg Waterfront, Petit-Bel-Air, Anse-Fauvrelle, Rivière-des-Créoles, Pointe-Brocus, l’île-aux-Aigrettes, l’Île Mouchoir Rouge et l’Île des Deux-Cocos, ont retrouvé leur éclat. Au total, les opérations ont nécessité une mobilisation d’environ 300 habitants. Plus de 2 400 tonnes de déchets et de débris dangereux ont été enlevées des différents littoraux.

« Je suis très fier du travail abattu par les équipes pour leurs efforts et leur dévouement afin d’assurer que les activités de nettoyage sont effectuées selon les normes les plus élevées. Notre objectif était de rendre au littoral son état d’origine. L’annonce d’aujourd’hui est le témoignage de ce que nous pouvons réaliser avec un travail acharné et une forte motivation. Les déchets dangereux collectés sur le site ont été acheminés vers le site de stockage provisoire pour ce type de déchet à La Chaumière, à Bambous, pour y être correctement reconditionnés et stockés en toute sécurité avant leur exportation en vue de leur élimination finale. La catastrophe écologique générée par la marée noire provoquée par le MV Wakashio a sensibilisé le public à l’importance de la sécurité environnementale. Et c’est, en effet, une histoire humaine importante et incroyable que nous devons partager avec nos petits-enfants au cours des années à venir. Pendant tout ce temps, nous avons été témoins d’un sens du devoir et du patriotisme de tous les Mauriciens impliqués, de la volonté, de la résilience et de l’espoir de toutes les personnes qui ont participé à cette tâche », déclare Kostas Chatzatoglou, Country Manager de Polyeco.

Depuis le début des opérations, Polyeco a apporté son expertise et son savoir-faire pour identifier et sélectionner les différentes techniques requises pour chaque type de littoral et niveau de contamination de chaque site. Au total, l’équipe a appliqué cinq techniques telles que le lavage à haute pression sur les structures artificielles, l’essuyage avec des absorbants et l’utilisation de brosses souples sur les surfaces délicates, la coupe de la végétation mazoutée et la collecte d’algues dans les sites hautement contaminés.

Polyeco a également utilisé les méthodes de rinçage et d’inondation sur les différents sites. L’équipe Polyeco a réussi à nettoyer six types de rivages différents, tels que des structures artificielles, des enrochements, des surfaces rocheuses, des rivages boueux, des plages de sable et des mangroves, qui ont tous nécessité des techniques de nettoyage spécifiques.

« Je suis vraiment ravi d’entendre que notre équipe a été très efficace. Je me suis rendu à Maurice lorsque les opérations de nettoyage étaient en cours et j’ai également personnellement participé aux opérations de pompage d’hydrocarbures dans le nord sur le remorqueur Sir Gaëtan. Malgré les défis auxquels l’île Maurice a été confrontée cette année, j’ai le sentiment que nous terminons l’année avec des nouvelles positives. Nous sommes heureux d’avoir pu créer des synergies entre les autorités mauriciennes, nos équipes et toutes les personnes qui ont travaillé avec nous suite à la marée noire provoquée par le MV Wakashio. Les devoirs et les engagements de Polyeco ne s’arrêtent pas là car nous prévoyons d’avoir une relation de longue durée avec l’île Maurice car nous nous engageons à fournir au pays une expertise mondiale en matière de gestion des déchets dangereux et de solutions durables », ajoute le président exécutif de Polyeco, Athanasios Polychronopoulos.