Liverpool's Senegalese striker Sadio Mane (C) heads the ball to score past Chelsea's Spanish goalkeeper Kepa Arrizabalaga during the English Premier League football match between Chelsea and Liverpool at Stamford Bridge in London on September 20, 2020. (Photo by Matt Dunham / POOL / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No video emulation. Social media in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No use in betting publications, games or single club/league/player publications. /

Un carton rouge, une bourde de Kepa, un penalty raté, c’était trop pour que Chelsea, encore en rodage, puisse concurrencer Liverpool qui s’est imposé en patron (2-0), à Stamford Bridge, dimanche, lors de la 2e journée de Premier League.

Avec 6 points en deux matches, Liverpool rejoint l’autre club de sa ville, Everton, mais aussi les Londoniens d’Arsenal et de Crystal Palace en tête, alors que Chelsea est 10e avec 3 points.

Les Blues avaient encore choisi de titulariser leurs deux recrues allemandes, Timo Werner et Kaï Havertz en attaque, mais leur intégration prendra du temps.

Jürgen Klopp, de son côté, avait aligné un onze qui aurait pu débuter la saison dernière et sûr de son fait.

Privé de Joe Gomez et de Joel Matip dans l’axe de la défense, il avait choisi de faire confiance à Fabinho aux côtés de Virgil van Dijk.

Choix payant puisque le Brésilien a totalement éteint Werner, remuant mais qui n’a jamais trouvé de décalage.

La seule fois où un contre favorable lui a offert une peu d’espace, il a conclu par une frappe croisée et un peu écrasée des 20 mètres qui a filé à côté du but (32e).

Lampard n’avait, en revanche, lancé ni Ben Chilwell, ni Thiago Silva, ses deux recrues défensives.

C’est pourtant un secteur qui avait plombé son équipe la saison dernière et dont les limites ont encore été flagrantes sur le fait de jeu qui a fait basculer la rencontre en toute fin de premier acte.

Sur une relance depuis l’arrière, Jordan Henderson n’a pas été pressé du tout et a lancé en profondeur Mané, qui s’est joué sur un appel-contre-appel d’Andreas Christensen. Le Danois n’a rien trouvé de mieux à faire que de plaquer l’attaquant à 25 mètres des ses buts.

– Les automatismes ont payé –

L’arbitre de la rencontre, Paul Tierney, qui avait initialement sorti un carton jaune, a eu besoin de la VAR pour se rendre compte que la faute valait un rouge et Chelsea s’est retrouvé à 10 avant même de retourner aux vestiaires.

La seconde période, avec l’entrée en plus de Thiago Alcantara côté Liverpool – l’une des deux recrues estivales importantes avec l’ailier portugais de Wolverhampton, Diogo Jota -, a vite ressemblé à une attaque-défense.

Et les automatismes du collectif du champion en titre ont payé: une combinaison au cordeau dans les 20 derniers mètres entre le trident de devant Mohamed Salah, Roberto Firmino et Sadio Mané, a été conclue par une tête décroisée du Sénégalais (1-0, 50).

Pour ne rien arranger, le gardien espagnol Kepa dont l’avenir à Chelsea est très incertain et qui est déjà en manque de confiance, a commis une nouvelle bourde quatre minutes plus tard.

Après avoir raté une passe, vers Salah, Mané s’est précipité au pressing et a contré la passe du gardien dans sa surface vers un défenseur, pour n’avoir plus qu’à pousser le ballon au fond (2-0, 54e).

Les hommes de Frank Lampard ont eu l’occasion de relancer le suspense à un quart d’heure de la fin en obtenant un penalty pour une faute d’Alcantara sur Werner, mais, fait rarissime, l’Italien Jorginho a vu sa frappe repoussée par Alisson.

Après avoir montré des faiblesses défensives inquiétantes contre Leeds, malgré le succès 4-3, les Reds ont redressé le tir et envoyé un message à leurs rivaux putatifs.

AFP