Liverpool's German manager Jurgen Klopp (4R) talks to his players during a drinks break during the English Premier League football match between Liverpool and Crystal Palace at Anfield in Liverpool, north west England on June 24, 2020. (Photo by Paul ELLIS / POOL / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE. No use with unauthorized audio, video, data, fixture lists, club/league logos or 'live' services. Online in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No video emulation. Social media in-match use limited to 120 images. An additional 40 images may be used in extra time. No use in betting publications, games or single club/league/player publications. /

Liverpool est tout proche d’un premier titre de champion d’Angleterre depuis 30 ans: vainqueurs de Crystal Palace (4-0) mercredi, les Reds seront sacrés jeudi si Manchester City ne bat pas Chelsea. Manchester United, grâce à un triplé d’Anthony Martial, et Wolverhampton sont eux toujours à la lutte pour l’Europe.

. Liverpool presque à bon port

Il ne manque presque plus rien à Liverpool pour redevenir champion d’Angleterre de football pour la première fois depuis 1990.

L’officialisation pourrait intervenir dès jeudi, si Manchester City ne repart pas de chelsea (4e) avec les trois points.

« Je ne sais même pas si je vais regarder. La dernière fois, je les ai regardés et ils ont gagné 3-0 » contre Arsenal, a plaisanté un Jürgen Klopp très heureux de la performance de son équipe, au micro de Sky Sports.

« Ce que les garçons ont montré était exceptionnel », a estimé l’Allemand.

Ce sacre par procuration, en quelque sorte, n’enlèverait rien au mérite des Reds, qui ont retrouvé de leur superbe pour disposer de Crystal Palace (4-0), équipe de milieu de tableau (9e), lors de la 31e journée.

Plus en jambes que contre Everton (0-0), ils ont trouvé deux fois la faille dès la première période, sur une merveille de coup-franc en pleine lucare de Trent Alexander-Arnold (1-0, 23) et sur un but de Mohamed Salah plein de sang froid (2-0, 44e).

Il s’agissait du 100e but de Liverpool, toutes compétitions confondues, cette saison.

Fabinho a définitivement ôté tout semblant de suspense d’une frappe sèche de plus de 25 mètres qui est venu glisser le long du petit filet adverse (3-0, 55e), avant que Sadio Mané, d’un plat du pied chirurgical ne donne au match des airs de démonstration (4-0, 69e).

Paradoxalement, peut-être que Liverpool espèrera secrètement une victoire de City jeudi. Cela leur donnerait l’occasion de gagner le titre lors de la prochaine journée, un déplacement à l’Etihad Stadium, chez les toujours, mais sans doute plus pour longtemps, champions en titre.

. Anthony Martial porte Manchester

Les Red Devils ont fait une excellente opération en dominant leur voisin et concurrent pour l’Europe, Sheffield (3-0) grâce au sens du but de l’avant-centre français.

Ils conservent leur 5e place avec 49 points, 5 de mieux que les Blades.

Pour ce premier match à huis-clos à Old Trafford et son premier triplé en pro, Martial a réalisé un petit exploit.

Il faut remonter à Robin van Persie en 2013, lors d’un match pour le titre contre Aston Villa, pour trouver trace d’un Red Devil inscrivant un triplé en Premier League.

Dès la 7e minute, Martial a bien coupé d’un centre tendu de Marcus Rashford au premier poteau, profitant d’une défense très lâche des Blades (1-0, 7e).

Juste avant la pause, il a doublé la mise en convertissant un centre à ras de terre d’Aaron Wan-Bissaka (2-0, 44e).

Il a parachevé son oeuvre d’une balle piquée à la conclusion d’une attaque qui avait impliqué Paul Pogba, Bruno Fernandes et Marcus Rashford.

Avec 10 victoires et 3 nuls sur leurs 13 derniers matches, les hommes d’Ole Gunnar Soslkjaer sont sur une pente nettement ascendante et affichent un potentiel offensif impressionnant.

Provisoirement à deux points de Chelsea, qui recevra Manchester City jeudi, United devient un candidat sérieux au top 4 qui qualifie directement pour la Ligue des Champions.

. Wolverhampton ne lâche rien

Un succès étriqué (1-0) contre le relégable Bournemouth suffit au bonheur des Wolves en embuscade pour une place européenne.

Sixièmes et devancés à la différence de but par ManU (+17 contre +10), les hommes de Nuno Espirito Santo s’en sont remis à leur duo infernal Adama Traoré-Raul Jimenez.

Le schéma débordement puis centre de l’Espagnol pour la tête du Mexicain, répété à l’heure de jeu (1-0, 60e), a déjà souvent fait des dégâts, puisqu’il s’agit du 10e but du tandem.

Bournemouth voit, lui, Aston Villa le rejoindre au nombre de points (27), même s’il reste 18e devant les Villans.

Everton a pour sa part enfoncé encore un peu plus Norwich (0-1), bon dernier et pour qui la mission maintien semble désormais impossible.