(Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)

En battant Southampton (3-1), Chelsea a profité des matches nuls entre Manchester United et Everton (1-1) et de Brighton contre Arsenal (0-0) pour s’emparer provisoirement de la tête de la Premier League, samedi, pour la 7e journée.

. Chelsea redémarre

Après deux défaites 1-0 contre Manchester City en championnat et la Juventus en Ligue des Champions, Chelsea a retrouvé le chemin de la victoire pour virer en tête.

Avec 16 points, les Blues prennent deux points d’avance sur Manchester United et Everton qui n’ont pu se départager, sur Brighton qui n’a pas trouvé la faille contre les Gunners et sur Liverpool qui reçoit City (6e avec 13 pts), pour le choc de la journée, dimanche.

Les Londoniens ont dû cravacher pour arracher ce succès après avoir pourtant rapidement ouvert la marque par Trevoh Chalobah de la tête (1-0, 9e).

Ils ont cru faire le break par Timo Werner juste avant la pause, mais son but a été annulé par la VAR pour une faute dans les secondes précédentes (43e), avant de voir les Saints égaliser sur un pénalty de James Ward-Prowse (1-1, 61e).

L’expulsion directe, décidée après recours à la VAR, du même Ward-Prowse (77e) pour une faute sur Jorginho, a fait basculer le match, Werner prenant sa revanche de près (2-1, 84e) avant que Ben Chilwell, auteur de la faute sur le pénalty, ne se rachète (3-1, 89e).

. Manchester United patine

Après sa victoire à l’arraché contre Villarreal (2-1), mercredi en Ligue des Champions, Manchester United continue à patiner sur le plan national, en étant neutralisé par Everton.

Obligés de rejouer dès samedi midi après la grosse dépense d’énergie en milieu de semaine, les Red Devils avaient démarré le match sans Cristiano Ronaldo ni Paul Pogba, entrés en seconde période, en vain.

« Il faut faire des choix tout au long de la saison et nous devons gérer les efforts des joueurs », a plaidé après le match Ole Gunnar Solskjaer qui a estimé que son onze de départ était « le bon aujourd’hui ».

Il avait opté pour une attaque avec Edinson Cavani, pour sa première titularisation de la saison, et Anthony Martial, aligné à gauche, alors que Mason Greenwood a démarré à droite.

L’Uruguayen s’est distingué avec une tête délicate repoussée par Jordan Pickford (21e), avant que Martial, bien décalé par Bruno Fernandes, n’ouvre le score sur une frappe légèrement déviée (1-0, 43e).

Mais le bon recrutement offensif d’Everton cet été lui a permis de revenir malgré les absences de Dominic Calvert-Lewin et Richarlison en attaque.

Demarai Gray et Andros Townsend ont malmené la défense mancunienne, le premier faisant trembler Old Trafford avec une percée et une belle frappe à ras de terre (33e).

Sur un contre après un corner, Gray a ensuite été plus solide que Fred sur un duel à l’épaule pour conserver la balle et donner à Abdoulaye Doucouré qui a servi avec beaucoup de sang-froid Townsend dont la frappe croisée n’a laissé aucune chance à De Gea (1-1, 65e).

« On doit devenir meilleur pour savoir quand prendre des risques et comment ne pas concéder de contre-attaque (…), on a fait quelques mauvaises décisions qui nous ont coûté cher sur ces 10 secondes », a déploré Solskjaer.

. Brighton marque le pas

Si les Seagulls peuvent être frustrés de ne prendre qu’un point au terme d’un match qu’ils ont nettement dominé, ils ont interrompu la série de trois victoires consécutives d’Arsenal.

Dans la pluie et le vent qui balayaient le sud de l’Angleterre, Brighton a un peu renoué avec ses travers qui lui ont failli lui coûter cher la saison passé avec une grande maladresse devant le but.

Sur 21 tirs, les hommes de Graham Potter n’en ont cadré que deux et Arsenal n’est pas passé loin d’un petit hold-up quand Robert Sanchez a dû repousser du pied une frappe d’Emile Smith-Rowe parti en contre (76e).

Un point qui leur permet tout de même de se maintenir dans le wagon de tête (5e), alors qu’Arsenal reste en milieu de classement (9e avec 10 points).