Photo illustration

Ce samedi, l’activiste social, traducteur auprès de la COI et d’autres instances francophones, et artiste pluridisciplinaire Percy Yip Tong, qui habite Tamarin, organise de concert avec d’autres habitants de la région une « Marche du Sel ». Le coup d’envoi est prévu à 16h à l’église de Rivière-Noire. Les participants convergeront vers le terrain de foot de la baie de Tamarin.

Objectifs de cette marche : « Au départ, il y avait le projet touchant les Salines, sur lequel ni moi, comme habitant de l’endroit et citoyen engagé, ni d’autres personnes vivant dans la région, mais également d’ailleurs dans le reste du pays, ne sommes d’accord », explique Percy Yip Tong. « Puis il y a eu le “cyclone” de la formation de la plateforme citoyenne pour participer à la marche du 13 février dernier, à Port-Louis. Ensuite le projet Legend Hill a pris de l’ampleur. »

À ce chapitre d’ailleurs, depuis le début de cette semaine, Percy Yip Tong, entouré de plusieurs autres habitants de la région, y compris l’activiste Bruneau Laurette, ont manifesté chaque matin, pacifiquement, à l’entrée du chantier de Legend Hill. Et le 24 février, il devait être arrêté sous une charge de “obstructing police”, avant d’être traduit en cour à Bambous et de retrouver sa liberté après avoir payé une caution de Rs 60 000.

« Cette marche, précise-t-il, ne s’inscrit nullement dans le sillage de mon arrestation. Cette manifestation pacifique de ce samedi 27 avait été décidée bien à l’avance… Nous voulons sensibiliser les habitants de la région, mais également tous les Mauriciens, sur les réalités et les répercussions que peuvent avoir des projets comme ceux des Salines et de Legend Hill sur leur environnement immédiat. »

Percy Yip Tong avertit : « Aujourd’hui, c’est Tamarin et Rivière-Noire. Demain, ce sera peut-être Trou-aux-Biches, Chemin-Grenier, Plaine-des-Roches, Quartier-Militaire… Personne n’est à l’abri ! » Car ces projets de développement « représentent des dangers et des risques pour les habitants et ceux qui passent par là », continue l’activiste. « Nous ne sommes pas contre le développement, mais à condition qu’il soit durable et bien pensé. »

Il continue : « C’est d’autant plus vrai que le projet Legend Hill a essuyé deux précédents refus des autorités locales. Cela nous a mis la puce à l’oreille quand on a appris que, cette fois, un nouveau promoteur a reçu le feu vert… Comment cela est-il arrivé ? Est-ce qu’il n’y a pas quelque chose de louche ? » Et d’ajouter : « Avec les travaux qui ont été engagés sur le flanc de la montagne La Tourelle, à Tamarin, des habitants de l’endroit ont commencé à avoir des fissures dans les murs de leurs maisons… Et des techniciens que nous avons consultés nous ont fait comprendre que ces terrains sur lesquels on veut faire le projet Legend Hill sont inappropriés pour accueillir de telles structures. »

Percy Yip Tong et les habitants de Tamarin et de Rivière-Noire souhaitent « une participation pacifique et positive de tous les Mauriciens sensibles à la défense de nos régions ainsi qu’au respect de la nature et de l’environnement ». Autre détail : « Le code vestimentaire est le blanc et le bleu. Blanc comme le sel et bleu comme la mer et le ciel. Nous voulions initialement terminer la marche avec un petit concert avec des artistes locaux. Mais vu que la permission pour la tenue de la marche n’est tombée que l’après-midi du 25, le délai était trop court pour organiser un concert. À la place, nous aurons cependant de l’animation musicale typiquement mauricienne. »

Percy Yip Tong demande « à chaque marcheur de s’inspirer un peu de Gandhi », qui avait lui aussi initié une Marche du Sel, « même si c’était dans un contexte différent évidemment ». Cependant, « sa philosophie de non-violence et de respect reste la même ».