La jeune scientifique mauricienne et défenseuse du climat, et également correspondante de la page Forum du Mauricien, Shaama Sandooyea, s’apprête à entrer dans l’histoire en organisant la toute première grève climatique sous-marine du monde au cœur de l’océan Indien. Cette manifestation aura lieu à la Saya de Malha, un site critique pour le climat en raison de ses vastes prairies marines, à 735 km au large des Seychelles.

Sous l’eau, Sandooyea, 24 ans, affichera demain une pancarte portant les messages « Grève des jeunes pour le climat » et « Nou Reklam Lazistis Klimatik », écrit en kreol morisien. Elle est actuellement en mission de recherche pour étudier la biodiversité de la région et sensibiliser à l’importance de la propreté des océans pour lutter contre la dégradation du climat. « Je vais prendre ici position, dans cette magnifique région reculée de l’océan Indien, pour délivrer un message simple : “Nous avons besoin d’une action climatique, et nous en avons besoin maintenant.” Avec mes collègues militants de Fridays for Future du monde entier, je veux que la crise climatique soit prise au sérieux. La réduction des émissions et la protection de nos océans sont quelques-unes des meilleures façons d’y parvenir », explique-t-elle.

La jeune Mauricienne poursuit : « Étant originaire d’un pays insulaire, je sais à quel point avoir des océans sains est important, non seulement pour notre climat, mais aussi pour ces milliards de personnes du Sud qui en dépendent. C’est pourquoi les dirigeants mondiaux doivent s’engager dans un réseau de sanctuaires océaniques, protégeant au moins 30% de nos océans. Nous avons besoin d’une action urgente si nous voulons vraiment soutenir les gens, lutter contre la dégradation du climat et protéger la faune marine. »

Shaama Sandooyea, biologiste marine et l’une des cofondatrices du mouvement Fridays for Future Mauritius, se trouve depuis deux semaines sur les bancs de Saya de Malha à bord du navire Greenpeace Arctic Sunrise dans le cadre d’une expédition explorant cette zone importante, mais peu étudiée. Cette région est connue pour contenir la plus grande prairie d’herbes marines du monde, autrement dit un important absorbeur de dioxyde de carbone. La région est également riche en faune marine, y compris des requins et des baleines bleues pygmées. Elle joue également un rôle important dans le maintien de l’alimentation de base de millions de personnes vivant dans les pays riverains de la région.

En septembre 2020, également dans le cadre des mobilisations de Fridays For Future, la jeune activiste Mya Rose Craig avait organisé la grève climatique la plus au Nord de la lisière des glaces arctiques pour montrer les impacts de la crise climatique sur l’océan gelé en fonte. Il faut savoir que lorsque les océans sont « sains », ceux-ci stockent d’énormes quantités de carbone, ce qui signifie qu’ils offrent une solution clé dans la lutte contre la dégradation climatique. Greenpeace appelle d’ailleurs à un traité mondial sur « l’océan fort » pour permettre de protéger au moins 30% des océans d’ici 2030 grâce à un réseau de sanctuaires tenus à l’écart de l’activité humaine. Celles-ci permettraient aux écosystèmes marins de renforcer leur résilience pour mieux résister et lutter contre la dégradation rapide du climat.

Shaama Sandooyea se joint aux jeunes militants et grévistes du climat du monde entier, qui agissent dans le cadre de la grève prévue le 19 mars de Fridays for Future. Ensemble, ces jeunes militants exigent une action immédiate, concrète et ambitieuse de la part des dirigeants du monde alors que la crise climatique se poursuit sans relâche.