Photo d'illustration

Le ministère de l’Éducation a dû back-pedalled sur les dates annoncées par la ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun pour les examens de la PSAC. Annoncées en direct lors de la conférence de presse quotidienne pour début avril, les dates des examens ont été repoussées aux 6, 7, 8 et 9 avril. La ministre et ses conseillers avaient oublié que début avril était la période de la fin du carême chrétien avec Pâques comme moment phare de la fin du jeûne.

En outre, les dates initialement annoncées, ce soir par la ministre, étaient les 1er, 2, 5 et 6 avril, qui coïncident  avec le jeudi saint et le Vendredi saint, jours religieusement très importants pour les catholiques. C’est le père Jean Claude Veder qui a sonné l’alerte sur sa page Facebook immédiatement après l’annonce de la ministre :« Mme La Ministre de l’Education Nationale et autres fonctionnaires de l’Etat savez-vous que ces dates sont importantes pour le calendrier chrétien ? En effet nous sommes dans la semaine sainte. Le 1er avril c’est le jeudi saint, le 2 c’est le vendredi saint, commémoration de la mort du Christ. Le 5 c’est le lundi de Pâques. Revoyez votre calendrier. Si nous respectons toutes les fêtes religieuses de notre pays alors svp respectez les nôtres aussi. »

Il n’y a eu visiblement pas de consultations avec tous les stakeholders de l’éducation avant la prise de décision qui a contraint un ministre à revenir sur sa décision quelques minutes seulement après l’annonce. On se demande bien à quoi sert cette armée de conseillers du gouvernement.

Pour rappel, le renvoi des examens de la PSAC a été rendu nécessaire à cause du confinement imposé aux Mauriciens depuis lundi soir suite à une résurgence du COVID-19  localement totalise actuellement 31 cas positifs . Ce confinement national est en vigueur dans l’île jusqu’au 25 mars.