(Photo by FRANCK FIFE / AFP)

L’équipe de France, escortée par les doutes et les pépins physiques, boucle sa rentrée de septembre en recevant la Finlande mardi (18h45 GMT) à Lyon, un rendez-vous à ne pas rater pour le sélectionneur Didier Deschamps qui patine sur la route du Mondial-2022.

Accrochés samedi par l’Ukraine (1-1), les Bleus sont repartis de Kiev avec une confiance amochée par un cinquième match d’affilée sans victoire, Euro compris. Et dans leur groupe qualificatif, si les champions du monde restent en tête (9 pts), ils avancent au rythme d’une tortue alors que les Finlandais, deuxièmes (5 pts), comptent deux matches de moins.

« Le parcours de qualification est toujours compliqué, il l’est pour nous, avec ces matches nuls qui nous font avancer mais pas rapidement », a résumé Deschamps dimanche sur la chaîne télévisée TF1. Les Bleus traversent « une période avec moins de réussite et moins de confiance », reconnaît le sélectionneur, « il faut l’accepter mais tout faire pour inverser la tendance ».

A Lyon, sur les terres de Karim Benzema, la panne récente de résultats décuple l’intérêt du duel face à la Finlande, qui rêve de la première place directement qualificative pour le Mondial-2022 au Qatar, sur la lancée d’une première participation historique à l’Euro l’été dernier.

– « Augmenter son niveau de jeu » –

En plus d’une victoire, les spectateurs du Groupama Stadium (57.000 places) de Décines espèrent revoir du beau jeu ou, au moins, de bonnes intentions. Car depuis un moment, les champions du monde offrent rarement un spectacle réjouissant, perturbés par une défense trop friable et une attaque peu efficace.

« C’est à chacun d’augmenter son niveau de jeu », prévient le capitaine Hugo Lloris. Après la terne prestation en Ukraine, l’ancien gardien de l’Olympique lyonnais (2008-2012) s’était plaint notamment d’un manque « d’engagement et d’agressivité » de ses coéquipiers en première période.

Pour la cinquième fois en autant de rencontres, les Français ont concédé l’ouverture du score, une série inédite depuis novembre 2009-juin 2010, à l’époque sous Raymond Domenech, selon le statisticien Opta.

Ménagé à Kiev, Raphaël Varane pourrait faire son retour parmi les titulaires à Lyon. Sur les côtés, les latéraux Lucas Digne et Léo Dubois espèrent conserver leur place en l’absence de Lucas Hernandez et Benjamin Pavard, pas appelés car diminués physiquement.

Deschamps n’est pas gâté pour cette rentrée avec une cascade de blessures qui a contraint Corentin Tolisso, N’Golo Kanté et Kylian Mbappé à quitter le groupe en cours de route.

– Benzema revient à Lyon –

Dans ce contexte, le nouveau venu Aurélien Tchouaméni a saisi sa chance dans l’entrejeu avec une entrée convaincante contre la Bosnie-Herzégovine (1-1), puis une prestation aboutie en Ukraine comme titulaire. Sorti après avoir reçu un coup à un pied, le jeune milieu de Monaco a participé dimanche au décrassage de lendemain de match.

Devant lui, Antoine Griezmann est apparu en manque d’inspiration à Kiev, comme Kingsley Coman sur le côté et Anthony Martial en pointe.

Ce dernier a certes permis à la France d’égaliser, mais sa performance globale n’a pas fait de l’ombre à Benzema, le titulaire habituel.

« KB9 » revient chez lui à Lyon et s’apprête à découvrir l’enceinte de Décines, inaugurée en 2016 et dans laquelle il n’a jamais joué. « Rentrer dans ma ville, là où tout a commencé pour moi, ce sera spécial », a prévenu sur TF1 l’avant-centre du Real Madrid, formé à l’OL.

Le meilleur buteur français à l’Euro, avec quatre réalisations, n’a plus marqué depuis son vain doublé contre la Suisse lors du huitième de finale perdu aux tirs au but contre la Suisse (3-3 a.p., 5-4 t.a.b.). S’il pouvait retrouver le chemin des filets en même temps que sa ville natale, Deschamps lui en serait très reconnaissant.