La Poste Centrale

Chef-d’œuvre architectural, la Poste Centrale abrite également un musée philatélique relatant l’histoire passionnante de la poste mauricienne. Cinquième au monde à éditer des timbres, la Poste Centrale célèbre cette année les 150 ans de la mise en opération du bâtiment officiellement appelé « General Post Office ». Pour commémorer cet anniversaire, La Mauritius Post Ltd émettra prochainement un timbre-poste.

(Informations recueillies par l’historien Jean-Marie Huron)

La Poste Centrale n’avait jamais eu d’affectation permanente. En 1865, avec le développement de ses services, le besoin de s’installer définitivement se fit sentir. Après avoir exploré plusieurs sites, l’emplacement près des Douanes à côté de l’Hôpital Militaire fut choisi. Il était particulièrement avantageux pour la Poste, en étant près des quais de débarquement, ce qui facilitait la réception et l’embarquement des lettres et colis pour l’outre-mer.

Les photos sont sous la collection du musée postal

Les travaux débutèrent entre 1865 et 1870. Construite dans un pur style Victorien, l’infrastructure du bâtiment fut terminée qu’à 75 % seulement suivant les dégâts causés par un terrible cyclone. Ainsi, elle fut complétée en 1870. La Poste Centrale commença ses activités le 17 décembre 1870. En effet, les archives révèlent que cet héritage national a été érigé à partir de janvier 1865, sous la supervision de l’arpenteur général Morrison.

Charactéristiques du musée

Décrété monument historique en 1958, le Musée Postal est fait de superbes pierres noires taillées avec précision. L’architecture, typique de l’époque victorienne, présente une façade inspirée des colonnes murales grecques. Une vieille horloge ornée de chiffres romains trône sur la devanture. De superbes illustrations tapissent les murs, tandis que les pièces sont décorées avec un grand nombre d’objets utilisés par les postiers et les facteurs durant diverses époques. Uniformes, vieilles lettres, anciennes boites aux lettres, télégraphes, téléphones et de nombreux autres objets usuels sont exposés afin d’aider le visiteur à remonter le temps. Le « General Post Office », selon son appellation officielle, abritait l’administration (les bureaux du « Colonial Postmaster » et ceux de ses assistants, le service de tri, les comptoirs ouverts au public, la poste restante, le courrier outre-mer). Le bureau central du télégraphe fut subséquemment installé dans une de ses ailes.

Les photos sont sous la collection du musée postal

L’évolution de la poste à Maurice

Bien avant la venue de la technologie moderne et des e-mails, l’Ile Maurice avait un système postal développé et adapté aux besoins de la nation. L’imprimerie fut introduite à l’Ile de France par Pierre Poivre en 1768. En 1772, l’imprimeur Nicolas Lambert décida de la publication d’un journal. Afin de le distribuer à travers l’Ile, il obtint l’autorisation de créer un service postal en 1772, (le journal parut en 1773). Ce service fut d’abord privé, mais passa sous le contrôle du gouvernement vers 1785. La livraison du courrier à domicile débuta aussi à Port-Louis en 1835.

Les photos sont sous la collection du musée postal

Cependant, le système postal tomba en désuétude. Reprise par la colonie anglaise, la poste mauricienne fut relancée dès janvier 1835. À l’époque, les lettres étaient acheminées trois fois par semaine. Jusqu’à 1847, il n’y eut qu’un bureau de poste dans l’île, celui de Port-Louis. Soulignons également que les facteurs de l’époque étaient des esclaves qui étaient utilisés pour transmettre des lettres à leurs destinataires.

Post-Paid-Stamps-Mauritius-1847

L’introduction du timbre-poste

À cette époque, le service postal était payant, comme dans tous les pays, par celui qui recevait le courrier. Ce n’est qu’en 1840 que les postes anglaises changèrent de méthode, ce fut l’expéditeur qui paierait les frais. Afin de pouvoir distinguer les lettres ainsi payées, un timbre-poste fut créé et collé sur les enveloppes. Chaque timbre à une histoire et cette histoire remonte à 1846. Après de longues discussions, le Comité d’administration décida que les coûts postaux seraient : un penny pour l’envoi à l’intérieur de l’île et deux pence pour envoyer à l’étranger. En 1847, une nouvelle loi postale introduisit le timbre-poste gravés par Joseph Barnard, un graveur ayant émigré à Maurice en 1838 et qui a gravé les timbres illustrant la reine Victoria représentée de profil.

Central-Post-Office – with Railway Tracks in front – 1930s

Services postaux

Maurice était sous la colonisation anglaise et le titre officiel du service postal était à ce moment  »Post Office Department » et le responsable était le  »Colonial Postmaster ». Au milieu des années 1870, plusieurs bureaux de poste furent construits. Ainsi, au milieu des années 1880, quelques 33 bureaux de poste avaient été mis en place dans les huit régions les plus importantes de l’île. Les services postaux tels les lettres recommandées, express, les colis, le transfert d’argent, furent graduellement introduits.

En 1875, les premières livraisons à domicile par les facteurs eurent lieu à Curepipe et Mahébourg. Le service télégraphique fut aussi incorporé au service postal. Chief Executive Officer depuis 2003, Giandev Mootea souligne « Au début du 20ème siècle, les services non postaux, les taxes, les pensions furent ajoutés à la gamme de services offerts ». Tous ces services additionnels évitèrent ainsi à la population des déplacements inutiles. En 2003, privatisée par la création de Mauritius Post Ltd, la poste étendit sa gamme de services offerts. Et dans la même année, il y a eu l’introduction du E-Commerce service. Puis, les jeunes ont eu droit au public Internet Access Point. En 2022, le service postal fêtera ses 250 ans depuis sa création en 1772.

Formant partie intégrale de l’histoire de Maurice, la Poste Centrale est devenue une structure importante en ce qui concerne l’avancement technique des structures frontalières au XIXe siècle. Le plan du toit, l’horloge et le contour extérieur, en particulier les cinq courbes et aussi les gravures, sur le devant de cette structure sont un des joyaux de l’artisanat. Le musée de la poste mauricienne est un des fleurons de notre héritage national.

(Source Internet)