Son visage, ses chansons sont connus des amateurs ! À 53 ans, Neeraj Gupta Mudhoo est l’un des rares artistes bhojpuri à avoir conservé le micro aussi longtemps. Cette voix inimitable a cumulé les succès avec son groupe Sangeet Sagar Orchestra, et aussi en solo. Nous l’avons rencontré à son domicile à Goodlands où il profite d’une vie de famille paisible. Pas d’exigence pour un chanteur de son calibre. Ni caprices ni extravagances. Ses débuts, son parcours, ses albums et les chansons qui ont marqué sa carrière musicale… L’artiste bhojpuri se confie avec sa bonne humeur communicative.

Né le 1er août 1968, Neeraj est un amoureux de la langue bhojpurie depuis sa tendre enfance. D’autant que cette langue a toujours joué un rôle primordial au sein de la famille Mudhoo. « J’ai grandi avec la langue bhojpuri. Elle fait partie de moi »,  indique-t-il. En grandissant, le jeune Neeraj, quatrième d’une fratrie de 6 enfants, se découvre une passion pour la chanson. « J’avais l’habitude de chanter en compagnie de mes amis. Ils me disaient toujours que j’avais une belle voix et que je chantais bien », confie l’ex-étudiant du Friendship College. Il s’inspire de ses chanteurs préférés, notamment Kishore Kumar et Mohammed Rafi pour écrire ses propres chansons. « Je mélangeais les mots en hindi, créole et bhojpuri pour composer mes chants. Goodlands se gaile Grand Gaube est l’une des premières chansons que j’ai écrites »» explique l’auteur-compositeur, interprète et producteur des chansons en bhojpuri.

Débuts.

C’est dans les années 1986, à l’âge de 18 ans que notre interlocuteur a chanté pour la première fois lors d’un mariage. « Mes débuts sur scène n’ont été qu’une pure coïncidence. » commence-t-il. « Je cherchais toujours une occasion pour chanter. Et la chance m’a souri quand j’assistais à un mariage chez la famile Goburdhun à Bois-Rouge. Là-bas, le groupe Sangeet Sagar Orchestra se produisait. J’ai alors dit à mon ami Mahen Jeebun que je voulais interprèter un chant », se souvient-il.

Le public découvre alors cette nouvelle voix qui chante en bhojpuri et hindoustani. Sa vie va prendre un nouveau virage quand on lui propose d’intégrer officiellement le groupe Sangeet Sagar Orchestra. « Ça fait plus de 33 ans, que je fais partie du groupe et je dois remercier les anciens membres, dont la plupart sont décédés, pour avoir cru en moi et mon talent. » ajoute celui qui voue également une admiration pour les deux chanteurs de Gamat, feu Sona Noyan et Basant.

Neeraj Gupta Mudhoo participera ensuite à la compétition Bhojpuri Bahar organisée par la MBC. Avec son tube « Dilwa jawaan ba », il attire vite l’attention des Mauriciens et se classe parmi les 10 finalistes, faisant la fierté de ses parents, Anita et Deonarain Gupta Mudhoo.

En 1988, Neeraj Gupta Mudhoo décide de dévoiler ses chansons au grand public, en sortant son premier album de huit titres en version cassette intitulé Dilwa Jawaan Ba. Le jeune homme venait tout juste d’avoir 20 ans et était employé de Summit Textiles Ltd. L’album rencontre un succès énorme notamment grâce au titre « Hele Saboon ». Alors que son premier album fête cette année ses 33 ans, l’artiste bhojpuri n’a qu’un seul regret : son père Deonarain Gupta Mudhoo n’a pu écouter ses chansons. « Mon père est malheureusement décédé deux semaines avant la sortie de mon premier album. Mais je sais qu’il était et sera toujours fier de moi » rapporte le quinquagénaire qui vend « dipain carri » tous les matins.

Cette nouvelle notoriété lui permet d’être repérée par le producteur Ramesh Jawaheer, qui commence à produire ses albums. Les albums s’enchaînement avec Hele Saboon. Son troisième album Sahar Ke Chokri est le plus grand succès de sa carrière. Ce qui ne fait que renforcer sa notoriété et l’engouement de fans à son égard. Les morceaux Sahar Ke Chokri, Goodlands se gaile Grand Gaube ou encore Mota pet mettent toujours à coup sûr une ambiance de folie durant les fêtes et mariages. Sans oublier Monica, Kutta Katta, ou encore sont tout dernier album, Monica 2. La chanson bhojpuri a également permis au musicien de se faire connaître au niveau international.

Marié depuis 25 ans à Vivienne et père de deux garçons, Shivam et Atish, Neeraj Gupta Mudhoo affirme qu’il est un homme heureux et satisfait. Ayant derrière lui une carrière de plus de 33 ans, celui, qui se produit encore sur scène avec la même fougue que dans sa jeunesse, ne cesse de se réinventer pour traverser les générations.