Le leader du Reform Party, Roshi Bhadain; compte maintenir la pression de l’Angus Road Saga sur Lakwizinn du Prime Minister’s Office en alertant plusieurs instances internationales, dont les Nations unies et le Bureau du Directeur des Poursuites Publiques, sur les dessous controversés de l’acquisition des terres de Bel Air Sugar Estate par le Premier ministre, Pravind Jugnauth et sa famille. Il fait comprendre qu’il est l’heure de propulser le dossier Angus Road au-devant d’autres instances comme les Nations unies, la Financial Action Task Force (FATF) ou encore le DPP car la population n’aurait plus confiance dans les institutions du pays comme le Parlement, l’Independent Commission Against Corruption ou encore la force policière.
« Zafer Angus Road demontre enn zafer klerman. Pravind Jugnauth ti dir ou koumsa ki depi li rant dan politik so lame prop. Me li dir ou Govinden inn kit 20 milyon ar Bel Air Sugar Estate ek apre komie lane Govinden finn vinn get li ek dir li li pa pou aste terin ek ou pey mwa tigit tigit. So explikasion », a déclaré Roshi Bhadain. Il s’interroge sur la provenance de cette somme de Rs 20 millions que le dénommé Alan Govinden a versé dans le compte de Patrick Rountree en Angleterre.
« Kifer misie Govinden pena okenn papie ki linn fer depo ? », se demande-t-il. « Parlman nepli kapav gagn repons. L’ICAC depi 9 an pe fer lanket. L’ICAC fer lanket zis lor opozan politik. Me l’ICAC pa fer lanket lor Premie minis. Direkter l’ICAC so kontra fek renouvle par Pravind Jugnauth. Kot L’ICAC pou al aret li ? Lapolis nou finn trouve kouma azir dan zafer Kistnen. La ena Komiser polis interimer. Be kout nou ale ? », dit-il. Il affirme qu’il compte saisir les Nations unies dans un premier temps car il y avait précédemment eu une demande de Mutual Legal Assistance dans l’affaire Angus Road. « Ti rod linformasion me gouvernman inn fer de sort ki aret sa. La nou pou reavoy tou dosie Nations unies. Nou pe avoy sa laba », ajoute-t-il.
Roshi Bhadain a aussi laissé entendre que la British High Commission serait aussi alertée car la Mutual Legal Assistance avortée avait transité par cette voie diplomatique. « Nou pe sirkil tou seki nou ena l’anbasad ek osi Commonwealth Secretariat. Parski Moris enn mamb ek Commonwealth ki pe fer tou pou eradik koripsion ek blansiman larzan dan ban pei lafrik », a-t-il poursuivi.
Il a déclaré qu’avec l’On-Site Visit de la Financial Action Task Force prochainement à Maurice, la délégation serait informée de cette affaire que l’ICAC laisse traîner et qui impliquerait le Premier ministre. « Li pa pou kapav kasiet ek sove », soutient-il. Il a également avancé que le Bureau du Directeur des Poursuites Publiques serait également mis en présence de tous les éléments controversables du dossier Angus Road avec toutes les infractions potentielles commises.
Il n’écarte pas les possibilités de loger des Private Prosecutions sur une base citoyenne devant une cour de district. « Par respe o buro DPP nou pou anvoy li dosie la an premie pou li kapav get tou ek lerla nou get lamars a suiv », a ajouté le leader du RP.
Il aussi laissé entendre que l’affaire Angus Road comporte plusieurs volets avec notamment une timeline remontant à 2004 alors que le leader du MSM assumait les fonctions de Deputy Prime Minister du pays et aussi ministre des Finances. « Zame linn dir ou ki ti ena trwa terin kot depi 2004 so signature lor ban rapor arpantaz », a-t-il affirmé, mettant en avant les plans de situation préparés par l’arpenteur Eric Doger de Spéville.
Il a déclaré que le Reform Party maintiendra la pression sur le terrain en animant diverses réunions à travers l’île. « La konfians ki ti ena dan gouvernman, sa konfians la in kase. Aster dimounn fin koumans trouv laverite lor ban fabulasion, lor manyer diktatorial ki pe amen pei », s’est-il appesanti.