L’église catholique de Maurice, consciente de la place grandissante des réseaux sociaux dans le pays, souhaite apporter ses commentaires et recommandations, ainsi que fournir quelques pistes de réflexions sur les nouvelles règlementations proposées par l’ICTA.

« Nous remercions l’ICTA pour l’opportunité donnée pour un débat sur ces propositions d’amendements. Nous sommes conscients qu’il s’agit d’un sujet sensible – à la fois sur le plan éthique et technique – qui suscite déjà de nombreux échanges et débats dans le public, la presse et les réseaux sociaux. Cette confrontation d’idées, dans le respect des uns et des autres, est un élément fondamental de notre démocratie », indique le père Labour, vicaire général.

Le père Labour soutient q’une réglementation des réseaux sociaux est nécessaire puisque ses réseaux, destinés à être un espace d’échanges et de débats, ne devrait pas devenir un espace d’outrances, de non-droit, d’insulte et de haine.

« Nous comprenons fort bien la démarche de l’Etat de vouloir regarder de prés cette mauvaise utilisation. Cependant, la consultation, telle qu’elle est proposée demande des clarification parce que si on s’ouvre au débat, il faut pouvoir le faire sur des choses précises ».

Le vicaire général soutient ainsi qu’il serait judicieux d’étendre le délai proposé par l’ICTA pour ouvrir un dialogue national, un débat dans les médias sur l’utilisation des réseaux.

« Afin d’agir dans la transparence et privilégier le dialogue national, il serait bon de rendre public les points de vue, les diverses contributions des spécialistes et des citoyens lambda, reçus par l’ICTA. Il faut écouter les mécontentements exprimés jusqu’ici qui ne sont pas uniquement des déclarations d’opposants mais de citoyens conscients des dérives qu’une telle loi pourrait amener », souligne le père Labour.

Ci-dessous, retrouvez l’intégralité des propositions envoyées à l’ICTA.

Consultation de l’ICTA Propositions du diocèse de Port-Louis by Le Mauricien on Scribd