Redynamiser le secteur des coopératives en vue de faire face aux effets de la COVID-19. C’est dans cette optique que le ministre des Coopératives, Sunil Bholah, a réuni les membres de la Mauritius Cooperative Alliance Ltd et de sociétés coopératives pour une réunion. Au cours de cette rencontre, le ministre de tutelle a insisté sur le fait que les sociétés de coopérative ont « pendant plus d’une décennie, participé au développement du pays ».

Il rappelle cependant aussitôt qu’avec la COVID-19, « la donne a changé ». Aussi, en vue d’aider le pays « à traverser cette mauvaise passe économique », les sociétés coopératives « doivent se réinventer » et « être plus dynamiques » pour participer à la relance, dit-il. Et d’affirmer qu’au niveau du ministère des Coopératives, « plusieurs décisions ont été prises pour dynamiser le secteur ». Il cite à titre d’exemple un exercice d’état des lieux entrepris sur les 12 coopératives centrales opérant à travers l’île ainsi que la révision du fonctionnement de la Mauritius Cooperative Alliance Ltd. Autre initiative, dit-il : l’invitation lancée au collège des coopératives à collaborer avec l’Université de Maurice, l’Université de Technologie, le ministère de la Pêche et la Banque de Maurice, entre autres, pour des cours.

Le ministre a par ailleurs salué l’initiative prise par deux sociétés de coopératives visant à mettre en vente oignons et pommes de terre à des prix fixés par le gouvernement durant la période de confinement sanitaire. Et d’inviter d’autres sociétés « à en faire de même ».
De son côté, Kenzy Brunet, porte-parole de la Mauritius Cooperative Alliance Ltd, qualifie de « fructueuse » cette rencontre avec le ministre « en termes de communication ». Selon lui, les sociétés de coopératives « n’hésiteront pas à continuer d’opérer d’après le principe de nouvelle normalité ». Et d’annoncer pour conclure son intention de venir de l’avant avec une police d’assurance pour les coopératives.